Le Président Kenyatta exige à la CPI l’arrêt de son procès

Le Président kényan, Uhuru Kenyatta, par le biais de ses avocats, a formulé une demande auprès de la Cour pénale internationale (CPI) pour la fin des poursuites qui pèsent sur lui. Kenyatta est poursuivi pour crime contre l’humanité suite aux violences post-électorales de 2007.

Le Président kényan, Uhuru Kenyatta continue de diriger son pays malgré les poursuites pour crime contre l’humanité qui pèsent sur lui. Il est accusé entre autre de meurtre, viol et persécution.
Le procès du Président a connu pas mal de rebondissements. La défense ayant demandé plus de temps afin de réunir des preuves à décharge pour Uhuru Kenyatta. La date d’ouverture du procès est prévue pour le 12 novembre prochain, mais aujourd’hui la défense contre-attaque et demande solennellement la fin du procès contre le Président kényan. Ses avocats indiquent pouvoir réfuter les dires d’un témoin-clé de l’accusation par des « preuves liées à un téléphone portable », et estiment que d’autres témoins de la défense agissent sous l’influence de l’intimidation.

Uhuru Kenyatta bientôt blanchi ?

C’est la demande du Président et ses avocats qui estiment que le procès n’a pas lieu d’être. « La défense est en possession de preuves substantielles d’un abus grave, durable et de grande envergure sur le processus de la cour », ont déclaré les avocats de Kenyatta. Par la même occasion, ils affirment avoir fourni au procureur un document de 38 pages contenant des transcriptions exhaustives de conversations téléphoniques.
Pour sa défense, le Président a demandé à la chambre de première instance d’aménager une audition probatoire avant le début du procès, pour trancher sur la question de l’abus de procédure.

Pour l’heure, le Président Kenyatta et son vice-président William Ruto sont accusés d’avoir organisé une vague de violences post-électorales en 2007, causant la mort d’au moins 1 200 personnes dans des conditions inhumaines.