Le président Ali Bongo Ondimba en France

Ali Bongo Ondimba, fraîchement élu président du Gabon, sera reçu ce vendredi par le chef de l’Etat français Nicolas Sarkozy. Il sera question de renouveau dans les relations entre les deux pays.

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba rencontrera ce vendredi son homologue français, Nicolas Sarkozy, dans le cadre d’une « visite de travail », son premier voyage officiel en France depuis son arrivée à la magistrature suprême de son pays. Ali Bongo Ondimba devrait exposer sa nouvelle vision des relations franco-gabonaises, à savoir sa politique de « l’émergence ». Il sera donc question « de l’avenir des relations bilatérales », mais aussi de climat, « dans la perspective du sommet de Copenhague », indique un communiqué de la présidence française. Les deux chefs d’Etat évoqueront également l’entrée du Gabon au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Par ailleurs, pour Le Figaro, Libreville ne «peut se passer» de son « parrain » français, un avocat de choix auprès des bailleurs de fonds internationaux pour une économie gabonaise qui a besoin de financements.

Lire aussi :

 [Ali Bongo investi président du Gabon->
www.afrik.com/article17789.html]

 [Gabon : l’élection d’Ali Bongo confirmée ->
www.afrik.com/article17748.html]

 [Gabon : Ali Bongo passe en force ->
www.afrik.com/article17454.html]

 [Ali Bongo devient grand maître de la franc-maçonnerie au Gabon

 >www.afrik.com/article17918.html]

Visite au « parrain »

Du côte français, semble-t-il, il s’agira de redorer son image auprès des Gabonais. Lors des funérailles d’Omar Bongo Ondimba, décédé en juin dernier, Nicolas Sarkozy avait été hué et on entendait la foule clamer sa préférence pour la Chine. Quelques mois plus tard, lors de la présidentielle d’août dernier, l’opposition accusera Paris d’avoir soutenu le candidat Ali Bongo Ondimba dont l’élection reste controversée.

Ali Bongo Ondimba débute ce jeudi sa visite officielle en France. Avant de rejoindre Paris, le président gabonais s’est rendu ce mercredi à Londres où il a participé à la réunion du Groupe international de travail sur le financement intérimaire nécessaire à la réduction des émissions de gaz à effets de serre dues à la déforestation et à la dégradation des forêts tropicales.