Le premier Président mauritanien s’est éteint

Moktar Ould Daddah, premier Président de la Mauritanie de 1961 à 1978, est mort mardi à Paris. Agé de 79 ans, il était en exil depuis 23 ans après avoir été renversé par un coup d’Etat militaire. Retour sur le parcours du père de l’indépendance mauritanienne.

Le père de l’indépendance mauritanienne, Moktar Ould Daddah, est mort mardi dans une clinique parisienne. Il avait 79 ans. Cet ancien avocat, ayant fait ses études à Paris, a été le premier Président de la Mauritanie indépendante. Alors que son pays est encore sous colonisation française, il fonde en 1958 le Parti du regroupement mauritanien qui obtient l’ensemble des sièges à l’élection de l’Assemblée nationale en 1959. Dans la foulée, il devient ainsi Premier ministre du pays. L’indépendance est proclamée le 28 novembre 1960. Moktar Ould Daddah est élu Président par l’Assemblée en 1961.

En 1963, il créé le Parti du peuple mauritanien qui devient l’année suivante le parti national unique. Le règne sans partage du Président jusqu’en 1978 sera émaillé par plusieurs crises majeures. L’une des plus importantes se produit en 1966 entre le groupe arabo-berbère et la composante négro-africaine de la population : des émeutes meurtrières se produisent à la suite du décret instaurant l’enseignement obligatoire de l’arabe. Deux ans plus tard, des grèves de mineurs de la Miferma, la société des mines, sont écrasées par l’armée. Pendant ces années, l’opposition est durement réprimée.

Contre vents et marées

La situation semble s’apaiser lorsque Moktar Ould Daddah prend une série de réformes populaires : sortie de la zone franc et création d’une monnaie nationale (l’Ouguiya, en 1972), dénonciation des accords de coopération économique et culturelle avec la France (1973), nationalisation de la Miferma (1974). Mais l’affaire du Sahara occidental remet la Mauritanie sous tension. Après avoir soutenu la souveraineté espagnole sur la région, le gouvernement se range aux côtés du Maroc et entre en 1976 dans un conflit ruineux avec le Front Polisario, soutenu par l’Algérie. Cette crise sera fatale au prestige personnel du chef de l’Etat mauritanien qui maintenait un semblant de cohésion nationale.

Le 10 juillet 1978, il est renversé par un coup d’Etat militaire mené par le colonel Ould Mohamed Salek. Après 15 mois de prison, il est libéré grâce aux pressions françaises. Un bref passage par la Tunisie et le Président déchu rejoint la France. En 1980, il devient le chef du parti d’opposition Alliance pour une Mauritanie démocratique (AMD) mais s’exprime peu sur la situation de son pays et sur ses 17 ans de pouvoir. Après 21 ans d’exil, il retourne dans son pays en juillet 2001. Ses mémoires, « La Mauritanie contre vents et marées », doivent être publiées par les éditions Khartala dans le courant de ce mois. Après 23 ans de mutisme, l’ancien Président avait décidé de reprendre la parole.