Le premier Forum sur la nutrition du Mali

Comment enrayer le cycle de la malnutrition, qui se répète de génération en génération ? Plusieurs centaines de personnes sont rassemblées dans la capitale malienne, Bamako, pour trouver des solutions durables.

C’est une première au Mali et dans la sous-région. Le ministère de la Santé et l’Unicef organisent le premier Forum national sur la nutrition, du 1er au 3 juin, dans la capitale malienne. Pour réfléchir aux moyens de casser « le cycle de la malnutrition, qui se répète de génération en génération », comme l’a souligné le ministre de la Santé, Oumar Ibrahima Touré. Quelque 1200 personnes ont assisté à la cérémonie d’ouverture, des représentants des communicateurs traditionnels au représentant de l’Union européenne, des ONG aux membres des sections locales de l’Unicef. Tous ont ainsi voulu montrer leur engagement dans la lutte contre la malnutrition, qui peut-être considérée au Mali comme un vrai problème de santé publique.« Les taux de malnutrition chronique (38%) et aigüe (15%) dépassent les seuils internationaux d’alerte. C’est un problème très grave », souligne Marcel K. Rudasingwa, le représentant de l’Unicef au Mali.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. 38% des enfants de moins de 5 souffrent de malnutrition chronique et 15,2% des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aigüe, pour un niveau d’alerte international fixé à 10%. Au Mali, près d’un enfant sur 5 meurt avant son cinquième anniversaire. « Selon une enquête démographique et de santé de 2006, il ressort que 81% des enfants de moins de 5 ans et 67% des femmes souffrent d’anémie. Cela n’est pas flatteur pour nous et nous appelle à nous questionner sur nos politiques et leur mise en oeuvre », rappelle Abdelkader Sidibé, le maire de la Commune III de Bamako. « La lutte contre la pauvreté passe aussi par la lutte contre la malnutrition. J’espère que ce forum donnera la dynamique nécessaire pour inverser la tendance. »

Les femmes et les enfants d’abord

Le Forum fait suite aux 9 fora régionaux organisés depuis le début de cette année, et se divise en cinq ateliers thématiques, qui devront dégager des propositions. Le moment semble bien choisi au Mali pour mettre ce thème en avant : « La révision du Cadre stratégique pour la Croissance et la Réduction de la pauvreté est une opportunité à saisir pour y inclure la lutte contre la malnutrition », note Gabin Hamann, représentant de la délégation de l’Union Européenne à Bamako. « Le rôle du gouvernement malien est décisif et ce Forum marque une volonté politique. La malnutrition est un frein au développement des individus et de la société en général, c’est pourquoi l’UE s’implique de plus en plus dans cette problématique. ».

Comme l’explique Marcel K. Rudasingwa : « La malnutrition freine la croissance économique et perpétue la pauvreté. Des solutions existent, elles doivent être mises en place à grande échelle. Ce Forum est l’occasion de réfléchir ensemble aux pistes durables à explorer : mieux intégrer la lutte contre la malnutrition dans les plans de développement, élaborer un plan stratégique et mettre en place à court terme un cadre institutionnel multisectoriel, qui implique tous les secteurs : santé, éducation, sécurité alimentaire, hydraulique…Tout cela pour améliorer la survie des femmes et des enfants. Et contribuer à la croissance économique. »