Le pivot soudanais est bloqué

Le Soudanais Manute Bol, plus grand basketteur du monde et qui a joué 10 ans en NBA, est coincé en Egypte. Depuis les attentats du 11 septembre, il a du mal à obtenir ses papiers et son visa pour rentrer en Amérique.

 » Je suis traité comme un terroriste. Je ne veux pas rester en Egypte. Je ne sors même pas, je reste dans ma chambre « . Les 2 mètres 31 de Manute Bol n’ont apparemment pas effrayé les autorités égyptiennes qui maintiennent le célèbre basketteur soudanais à la retraite sur leur sol. Depuis juillet dernier, il est coincé au Caire, dans l’attente de visas et de documents portant la mention de réfugiés pour lui et sa famille.

Depuis le 11 septembre, la situation s’est durcie, les papiers n’arrivant pas jusqu’en Egypte. Manute Bol devait rencontrer des avocats du département d’immigration américain le 15 octobre mais ceux-ci ont annulé la rencontre. Le noeud du problème est sa demi-soeur de 10 ans, Acheed, qu’il a ramenée du Soudan. Bol n’a pas de papiers prouvant qu’il est son tuteur légal. A cause de cela, il ne peut obtenir de visas pour lui, sa femme Ajok et son fils de 2 ans.

Famille étendue

Le piège se referme sur le joueur qui a perdu sa carte verte au Soudan il y a trois ans. Sa seule chance est de pouvoir passer en Europe afin de rencontrer les officiels américains. Mais il a peur de ne pas pouvoir quitter l’Egypte, pays qu’il a réussi à rejoindre après 8 mois passés à tenter de fuir le Soudan qui lui refusait aussi des papiers.

Bol a gagné des millions de dollars durant ses dix années passées en NBA. Il en a donné une grande partie à sa famille (très étendue) au Soudan et aux rebelles soudanais qui se battent contre le gouvernement en place. Il a dilapidé sa fortune et a dû revendre ses deux maisons africaines. En 1999, il avouait avoir donné 3,5 millions de dollars aux rebelles soudanais. Aujourd’hui, il est pour la paix.  » Je ne soutiens pas le gouvernement soudanais. Je soutiens le plan de paix. Je veux la paix pour mon pays « , dit-il.

Pivot légendaire

Pour autant, ses déboires financiers ne font pas oublier le joueur incroyable qu’il fut au sein de la NBA. Le plus grand basketteur de l’histoire du sport, fils d’un chef de la tribu Dinka, débarque aux Etats-Unis en 1984. Il ne parle ni ne lit un mot d’anglais. Son entraîneur de l’époque raconte que Manute a  » les bras les plus longs du monde  » et qu’il peut faire des miracles avec. C’est ce qui se passe. Avec un record de 397 contres durant sa première année, il devient un pivot légendaire. Un mythe se créé autour de sa grande taille. Il impressionne. Des bruits de couloirs : il aurait tué un lion. La légende est née.

Manute promène sa stature de géant de Washington à Philadelphie en passant par Miami, avant de se retirer en 1995. En 1997, il retourne au Soudan, voulant oeuvrer pour la fin de la guerre civile. Il y sera ministre des Sports et de la Culture pendant une courte période. Dans quelques années, ce joueur de 49 ans unique en son genre sera éligible à la pension de la NBA. Pour l’heure, nostalgique des Etats-Unis, il regarde les actualités à la télévision à longueur de journée.

Mauvais coup du sort, la compagnie aérienne qui l’a amené en Egypte a perdu sa valise. Bol cherche des papiers mais aussi des vêtements à sa taille…