Le pétrole du lac Albert sème la discorde entre la RDC et l’Ouganda

Le ton monte entre l’Ouganda et la République démocratique du Congo. Les autorités ougandaises reprochent à Kinshasa d’avoir établi un poste sur les rives transfrontalières du Lac Albert, gorgées de pétrole. Mercredi, les autorités congolaises ont appelé leurs voisins au calme. Une étude sur le tracé exact de la frontière entre les deux pays est en cours.

« Il s’agit d’une agression. C’est une provocation. C’est la façon la plus simple de le dire ». Betty Adima, la commissaire du district ougandais de Nebbi qui borde le lac Albert, ne décolère pas. Comme elle, plusieurs autorités locales ougandaises ont accusé cette semaine la RDC d’avoir établi un poste-frontière sur les berges gorgées de pétrole du Lac Albert sans attendre les résultats d’une étude ougandaise sur le litige frontalier qui oppose les deux pays.

La borne frontalière en question est installée à Goli, une importante localité commerciale située dans le territoire de Mahagi en Ituri, limitrophe du district ougandais de Nebbi. Goli, à l’instar des localités qui longent la frontière de la région du West Nile (RDC), fait l’objet d’un contentieux entre les deux pays.

« Il y a des hommes armés qui gardent le site, indique Mme Adima. Cela signifie qu’ils savent qu’ils sont en train de faire quelque chose de mal ». Du côté congolais, on appelle au calme, mais on estime que le poste de police contesté par les Ougandais est au bon endroit. Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement de Kinshasa, interrogé par l’AFP a indiqué que le problème va être géré par les ministres de l’Intérieur des deux pays.

Le pétrole, la vraie raison de la querelle

Les conflits frontaliers entre la RDC et l’Ouganda sont nombreux, écrit Digital Congo qui ajoute qu’ils sont d’autant plus difficiles à résoudre que « cette frontière était devenue illusoire durant l’occupation ougandaise, qui a duré presque dix ans, de 1996 à 2005 ». Mais la vraie raison de ce nouveau conflit est le pétrole. En septembre 2008, le groupe pétrolier canadien Heritage Oil a annoncé la découverte d’une réserve de pétrole aux alentours du lac Albert. Selon la compagnie, il s’agirait de la plus grosse réserve pétrolière jamais découverte en Ouganda. Son potentiel de production quotidienne est estimé à plus de 14 000 barils.

Avant même la découverte de gisement, des heurts opposé l’Ouganda et la RDC, début août 2007, lorsqu’un ingénieur britannique, qui prospectait pour Heritage Oil sur la partie ougandaise du lac, a été retrouvé mort. Kampala avait alors accusé l’armée congolaise d’être l’auteure du meurtre. En dehors du pétrole, c’est aussi la convoitise des ressources minières notamment l’or dont regorge cette région frontalière, qui crée des tensions entre les deux voisins.

Mercredi, le gouvernement congolais a indiqué qu’une « commission mixte de vérification des frontières siège actuellement ». Son rapport devrait départager les deux pays.