Le pari des Images du Sud

Mardi 19 juin 2001 s’ouvrent à l’UNESCO, à Paris, les Premières Rencontres des Images du Sud, organisées par RFO et inaugurées par Boutros Boutros Ghali, Secrétaire général de la Francophonie. Un Colloque de plus, diront les esprits chagrins. La réunion tant attendue, diront tous ceux qui croient qu’une prise de conscience est en cours, et que la promotion des créations et des auteurs du Sud passe par leur meilleure visibilité sur les grands marchés internationaux, ceux qui peuvent assurer à leurs oeuvres financement et rémunération.

Afrik.com a voulu d’emblée s’associer à cet événement auquel contribuent certains des défenseurs francophones les plus vigoureux des artistes et des journalistes du Sud : autour des responsables de RFO, Boutros Boutros Ghali, Charles Josselin, Ministre français de la Coopération, Hervé Bourges, Président de l’Union Internationale des Journalistes et de la Presse de Langue Française (UIJPLF), Dominique Wallon, Président de l’Institut pour le Financement du Cinéma et des Industries Culturelles (IFCIC), mais aussi Olivier Laouchez, de Secteur A, Nacer Kettane, Président de Beur FM, Ayuko Babu, Président du Festival Panafricain de Los Angeles, Mactar Silla, Directeur général de la Radio Télévision Sénégalaise, Dominique Wolton, universitaire spécialiste de la communication et grand défenseur de la diversité culturelle, sans même parler de Claude Ondobo, Sous-Directeur général de l’UNESCO, Directeur du Programme International pour le Développement de la Communication (PIDC).

L’événement reçoit également le soutien, il faut le noter, de l’Ambassadeur du Congo en France, Henri Lopez, écrivain et homme d’Etat qu’Afrik.com a rencontré il y a quelques jours en marge d’un autre Colloque, Les Rencontres de Versailles, sur les enjeux de la mondialisation de la Culture.

Combattre pour donner aux Images du Sud plus de diffusion donc plus de moyens, identifier les outils techniques et institutionnels à mettre en oeuvre pour que les voeux pieux se fassent actions concrètes, tels sont les enjeux de ces premières Rencontres. Deux journées qui peuvent être décisives, si elles permettent de fédérer les bonnes volontés et les énergies des participants autour de projets communs.