Le PAM redoute une nouvelle crise alimentaire au Niger

Le Niger pourrait connaître en 2006, pour la deuxième année consécutive, une crise alimentaire, estime le Programme alimentaire mondial (PAM), justifiant son inquiétude
par la mauvaise campagne agricole au Nigeria voisin.

« Notre grande crainte est de voir le surplus agricole du Niger passer très rapidement au Nigeria voisin où la production ne suffit pas à subvenir aux besoins des populations », a déclaré à la PANA le chef du tout nouveau bureau de liaison du PAM (programme Alimentaire Mondial) à Paris, Mme Cécile Sportis.

« Les producteurs agricoles nigériens vont devoir vendre une
partie de leur récolte pour supporter les autres dépenses. Les prix de vente étant plus favorables au Nigeria, la production nigérienne va facilement se retrouver sur les marchés du nord du Nigeria. Cette situation pourrait très rapidement entraîner un déficit alimentaire au Niger », a-t-elle affirmé.

Une situation qui risque de perdurer

Le PAM estime que l’urbanisation rapide au Nigeria devrait avoir pendant des nombreuses années des conséquences sur la sécurité alimentaire au Niger qui partage une frontière de plus de 1000 kilomètres avec son voisin.

« Le Nigeria aura de plus en plus du mal à subvenir à ses besoins alimentaires en raison de son urbanisation rapide. Il aura par conséquent, besoin d’importer des vivres pour satisfaire la demande. Les marchés agricoles du Niger resteront la première source d’approvisionnement du Nigeria », a déclaré Mme Sportis.

Le Niger avait connu en 2005 une grave crise alimentaire à cause de la mauvaise pluviométrie et de l’invasion acridienne qui avaient détruit les récoltes.

La communauté internationale avait dû organiser une forte
mobilisation pour venir au secours des populations les plus
touchées.