Le Nigeria lance un appel à la coopération contre Boko Haram


Lecture 2 min.
arton37761

Alors que les massacres de la secte Boko Haram s’intensifient depuis quelques semaines dans le pays, le Nigeria a demandé mardi à ses voisins francophones d’accroitre la coopération et de combattre à ses côtés.

Les exactions de Boko Haram meurtrissent le Nigeria depuis bientôt 5 ans. Depuis 2009, plus de 4 500 personnes seraient mortes dans les massacres perpétrés par la secte. Une situation à laquelle le pays entend remédier en renforçant ses mesures de lutte contre les islamistes. Dans ce contexte, le Nigeria a lancé, mardi, un appel à ses voisins francophones de l’ouest africain pour combattre les insurgés à ses côtés.

« Je pense que nous avons besoin d’une coopération internationale avec les Français, avec les pays francophones d’Afrique de l’Ouest. De travailler ensemble pour régler ce problème avant qu’il ne devienne un problème majeur pour la France, pour les intérêts occidentaux en Afrique de l’Ouest », a ainsi déclaré le ministre de l’Information Labaran Maku à l’AFP.

Il a par ailleurs particulièrement insisté sur la nécessité de renforcer la coopération avec le Cameroun, les massacres imputés à Boko Haram étant majoritairement intervenus le long de la frontière dans le nord du pays. « Aucune solution ne sera trouvée tant que nous n’aurons pas accru notre partenariat avec le Cameroun ». Le week-end dernier, le Nigeria avait fermé une partie de sa frontière avec le Cameroun, dans l’Etat d’Adamawa, pour arrêter les mouvements des insurgés entre les deux pays. « Ils frappent. Alors, nous les poursuivons, et ils se replient au Cameroun (…). Si nous avons une coopération étroite, si le Cameroun attend de l’autre côté avec ses soldats, si Boko Haram fuit au Cameroun, et que les soldats les chassent, alors ils reviendront ici et nous serons capables de les suivre et nous règlerons ce problème », a dit le ministre qui a également souligné que les exactions de la secte pourraient « affecter lourdement les intérêts de la France ». Une déclaration qui intervient en marge de la venue du Président français, François Hollande, prévue jeudi et vendredi, pour la célébration du centième anniversaire de l’unification du pays.

Ces derniers mois, le groupe islamiste a multiplié les attaques contre la population, semant la terreur. Dans la nuit de lundi à mardi, une nouvelle attaque contre un pensionnat avait entrainée la mort d’une quarantaine d’élèves. La secte mène une sanglante insurrection armée depuis quatre ans et demi pour tenter d’imposer un Etat islamique dans le nord est du pays.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter