Le Nigeria fait payer Shell

La Chambre des représentants du Nigeria réclame 1,5 milliard de dollars à Shell en compensation des dégâts humains et environnementaux causés par l’exploitant pétrolier. La firme serait à l’origine de graves épidémies chez les populations du Delta du Niger. Shell nie en bloc.

1,5 milliard de dollars, c’est ce que réclame le Parlement du Nigeria à Shell. La chambre basse de l’Assemblée nationale a demandé à la fin du mois de décembre à une commission d’enquête de mesurer les dégâts causés par la compagnie pétrolière dans la province de Bayelsa, dans le Delta du Niger. Cette enquête fait suite à la pétition déposée auprès de la Chambre par des représentants de la communauté Ijaw. Selon Bukhari Bello, le bilan est accablant. Le représentant de la Commission nigériane des droits de l’hommes qui a rédigé le rapport final de l’enquête conclut qu' » aucune compensation financière ne peut rembourser les dégâts causés par Shell dans la région « , tant sur le plan humain qu’environnemental.

L’enquête fait état d’épidémies liées au déversement de pétrole dans cette zone marécageuse. Selon lui, Shell serait à l’origine d’une vague d’épidémies dans la région entre 1993 et 1994. 1 400 personnes seraient décédées des suites d’infections dues aux pollutions pétrolières. La flore ainsi que les ressources agricoles et halieutiques seraient dévastées par 47 années d’exploitation. Shell avait promis des dédommagements. Mais la seule réalisation concrète serait un conduit d’arrivée d’eau potable. Et le géant néerlandais aurait attendu 1999 pour faire cette concession à la population.

Shell n’a rien à se reprocher

 » Nous avons pris connaissance de cette pétition et nous en avons contesté chaque point. Shell n’a rien à se reprocher dans cette région. Quant à cette somme de 1,5 milliard de dollars que l’on nous réclamerait… Nous avons appris cela par la presse, mais nous n’avons reçu aucun document officiel nous le confirmant. Shell ne dispose donc pas des informations nécessaires pour commenter cette affaire « , explique Simon Buerk, porte-parole de la compagnie.

L’affaire pourrait pourtant avoir des suites : Bukhari Bello a requis une enquête plus approfondie pour faire le compte de la quantité de pétrole déversée dans la nature et dans les eaux de cette province, et recenser les incidents environnementaux. Dans l’immédiat, la Chambre ordonne à Shell de régler 500 millions de dollars sur le champ et prévoit un échelonnement sur dix ans pour le milliard restant. Le Nigeria est premier producteur d’or noir du continent. Le Delta du Niger produit à lui seul 3,2% du pétrole mondial. Ironie du sort, le pays fait face en ce moment à une grave pénurie d’essence. Les compagnies refusent d’approvisionner la population, suite à la décision du gouvernement de bloquer les prix pour éviter le risque d’une trop forte hausse en raison du contexte international. Le bras de fer commence.