Le Nigeria à la traque de Boko Haram

Le Nigeria pleure toujours ses morts suite à la série d’attentats de Noël revendiquée par le groupe islamiste Boko Haram contre la communauté chrétienne. Les violences se sont poursuivies lundi où plusieurs commerces tenus par des chrétiens ont été incendiés. Le président Goodluck Jonathan a appelé à la mobilisation générale contre Boko Haram.

Boko Haram ennemi numéro un du Nigeria. Le président Goodluck Jonathan a appelé l’ensemble de la population nigériane à se mobiliser contre le groupe islamiste, qui a revendiqué les attentats de Noël contre les chrétiens qui ont fait 40 morts. De même ce lundi des commerces ont été incendiés dans le nord-est du pays. Le dirigeant a rappelé aussi la volonté du gouvernement de poursuivre les auteurs de ces violences et de les traduire en justice. Le président sud-africain Jacob Zuma a condamné ces attaques et rappelé son engagement à lutter contre le terrorisme dans le cadre de l’Union africaine.

Le ministre nigérian en charge de la police a pour sa part évoqué que tous les moyens nécessaires seront mis en place pour mettre un terme à cette « guerre intense » lancée par Boko Haram contre le pays. Mais ces mesures annoncées ne semblent avoir aucun impact sur le groupe islamiste qui souhaite créer un Etat islamiste au Nigeria. Il a d’ailleurs prévu de nouveaux attentats dans les prochains jours dans le nord du pays, rapporte RFI. Selon le porte-parole du groupe, ces menaces seront mises à exécution.

Les Noëls endeuillés semblent désormais monnaie courante au Nigeria. L’an passé à la même période, des attentats contre des églises, revendiquées par Boko Haram, ont fait au moins 32 morts. Le groupe a multiplié les attaques meurtrières ces derniers mois. En août, l’attentat-suicide qu’il s’est attribué contre le siège de l’ONU, à Abuja, la capitale nigériane, a fait 24 morts. Mais le gouvernement nigérian est bien décidé à durcir sa traque contre Boko Haram pour mettre un terme aux attaques terroristes qui mine son pays.