Le Net fête le chaâbi

La Fête de la musique n’est pas que dans les rues. On peut se faire une petite revue de web pour découvrir certains styles musicaux. Exemple avec webchaâbi, pour en savoir un peu plus sur cette musique algérienne.

L’asri (musique moderne), le chaâbi (musique citadine), le charqi (chanson de variété d’inspiration orientale), l’andalou et ses Noubas, le chant bédouin, l’achwwiq kabyle, l’ahellil de Timimoun, le Tindé de l’Ahaggar, le raï oranais… la diversité des styles de musique algérienne n’est plus à démontrer. Pour mieux découvrir l’un deux, le site webchaâbi est dédié à la musique du même nom.

Une cinquantaine d’artistes sont répertoriés. Avec une bio, des photos et la possibilité de télécharger quelques morceaux, vous (re)-découvrirez les maîtres du chaâbi, des pionniers aux héritiers. De El Hadj El Anka à Saadine Elandaloussi en passant par les figures féminines de ce style musical : Reinette l’Oranaise, la grande dame de la musique classique algérienne, Cheikkha Tetma, Meriem Fekkai, Nadia Benyoucef ou encore Nadjes. Certains des artistes ont également droit à des interviews, réalisées entre 1996 et 2001.

Chaâbi-maniacs

L’historique du style musical est malheureusement assez sommaire mais il est rattrapé par un glossaire bien fait et utile. A noter : une partie consacrée à la poésie chaâbi, le qacaîd. On y trouve une vingtaine de poèmes, les qacidates, écrits en arabe et en français, et quelques explications sur le bayt (vers de poésie) et le çiyâh (prélude improvisé vocal ou instrumental).

Enfin, à côté d’un album-photos et de la vidéo de Nardjes, Radio Soleil est à écouter en live sur le site et un forum recueille les impressions des chaâbi-maniacs. Laissez votre souris faire un tour sur la planète chaâbi…

Visiter le site.

Lire aussi : La fête de la musique s’exporte.