Le navigateur Firefox menace Internet Explorer

Le navigateur Firefox est un concurrent à la mesure d’Internet Explorer. Contrairement au navigateur de Microsoft (utilisé par près de 90% des internautes), réputé pour ses failles de sécurité, Firefox est un logiciel open source qui ne craint pas les pirates et qui offre davantage de fonctionnalités.

Par Douglas Mbiandou

Surfez autrement. Avez-vous déjà entendu parler de Firefox ? Ce navigateur, qui séduit de plus en plus d’internautes, s’inscrit comme une alternative de poids face au géant Microsoft et à son Internet Explorer. Pourquoi une telle popularité ? Au-delà du simple aspect idéologique (Firefox est un logiciel libre alors qu’Internet Explorer est un logiciel propriétaire), le navigateur offre de plus grandes fonctionnalités comme la sécurité et l’ergonomie : navigation par onglets, recherche intégrée, blocage des popups, habillage personnalisé. Il est disponible sous Windows, sous Linux et sous Mac.

La plupart d’entre nous considèrent le navigateur Internet explorer (IE) de Microsoft comme incontournable. Le dernier concurrent sérieux d’IE était Netscape, qui a désormais quasi-disparu (cf jour noir du 15 juillet 2003). La fondation Mozilla est née des cendres de Netscape. Après l’achat de Netscape par AOL, Mozilla a discrètement créé de bout en bout un tout nouveau navigateur Internet open source, dont le code source est partagé avec toute personne intéressée. Alors que Mozilla offre déjà toute une collection d’outils Internet sécurisés, indépendants, au code source libre (Mozilla-Thunderbird pour le client de messagerie, ou Mozilla Nvu pour l’édition de pages Web), cette organisation a décidé récemment d’améliorer son composant de navigation et de le nommer Firefox. Objis Consulting a testé ce dernier pendant 2 mois et nous avons été séduits : Firefox est aussi performant et simple d’emploi qu’IE, mais surtout – ce qui est plus important – il est beaucoup plus sûr.

L’argument sécurité

La concurrence entre Explorer et Firefox est tout sauf anecdotique. Selon WebSideStory, une entreprise qui fonde ses données sur l’étude de 30 millions d’internautes de plus de 200 pays, la part de marché d’Internet Explorer accuse une érosion notable depuis l’été dernier au niveau mondial. Elle est passée de 95,5% en juin 2004, à 93,7% en septembre, 92,9% en octobre, 91,8% en décembre, 90,3% en janvier 2005 et, finalement, 89,9% en février dernier. Au bénéfice de Firefox utilisé, sur le même mois, par 9,8% des internautes. Selon le Journal du Net, Firefox occupe, en France, 11% des parts de marché. L’une des raisons majeures de ce glissement est relatif à la sécurité de ce dernier navigateur.

L’avantage de Firefox est que, contrairement à IE, son code open source fonctionne indépendamment du système d’exploitation : une faiblesse du navigateur ne fragilise donc pas nécessairement tout le système de l’ordinateur. A l’inverse, la grande fragilité d’IE a pour origine la technologie ActiveX. Il s’agit de petits programmes (appelés « scripts ») qui sont téléchargés automatiquement lorsque vous visitez certaines pages Web. Dans la plupart des cas, en ajoutant de la musique ou de l’animation à une page, ils ont un effet bénéfique. Mais les pirates modifient parfois leur code de façon à ce qu’ils vous portent préjudice (par exemple attaque par cheval de Troyes pour récupérer des données confidentielles ou mise d’un virus dans votre messagerie…ou même récupération de votre numéro de carte bleue sur les sites marchands). Pour essayer de contrer cela, Microsoft a récemment ajouté un message à IE pour accepter ou refuser les scripts ActiveX.

Pour sa part, Firefox a été conçu avec comme priorité la sécurité et le respect de votre vie privée. Firefox protège votre ordinateur des logiciels espions présents sur les pages Web en ne chargeant pas les contrôles Active X nocifs. Firefox, dans sa version 1.0, n’utilise pas initialement cette technologie. Ce qui peut éventuellement modifier (rarement) l’interface graphique d’un site. Même si ce n’est pas recommandé, on peut toutefois installer Active X avec un plug in téléchargeable. Aux risques et péril de l’internaute…

L’argument ergonomie

L’examen des deux navigateurs, fonction par fonction, montre que Firefox est équivalent à IE, voire meilleur. IE n’offre, par exemple, pas la possibilité de changer l’habillage de l’interface (appelé skin, « peau », en anglais). Son concurrent affiche, par ailleurs, une meilleure ergonomie, l’internaute pouvant, via un système d’onglets, ouvrir plusieurs fenêtres sur la même page (navigation par onglet, avec un raccourci Ctrl+T pour créer nouvel onglet). Dans sa version de base, Firefox peut également bloquer les popups (fenêtres, bien souvent publicitaires qui s’ouvrent automatiquement quand on ouvre un site). Ce que peut désormais faire Explorer 6 sorti en mai 2004. Plus léger (17,6 Mo sur PC contre 25 Mo pour IE et de 5,1 Mo à 8,6 Mo sur les autres systèmes d’exploitation contre 16 à 19,9 Mo pour IE), Firefox est également extrêmement évolutif. Contrairement à son homologue de Microsoft qui, à part les différents correctifs, était resté figé entre 2001 et 2004.

Parmi les extensions pratiques et sympathiques de Firefox : Flashgot (un gestionnaire de téléchargement) ou Foxytunes (qui permet de contrôler votre lecteur multimédia sans quitter votre navigateur). Très fair-play, il existe même un module (Iview) qui permet de passer de Firefox à IE en un clic (car certains sites refusent d’afficher le navigateur libre). Au-delà du tableau des avantages que nous vous avons dressé ici, le plus simple, reste d’essayer vous-même. C’est simple comme bonjour et bien souvent l’essayer c’est l’adopter…

Douglas Mbiandou est directeur technique d’Objis Consulting

 Pour télécharger Firefox

Pour télécharger les extensions pour Firefox :

 En français

 En anglais