Le monde sauvé de la faim après l’Accord sur le blé ukrainien ?

Du blé en stock
Du blé stocké (illustration)

Un accord a été trouvé pour l’expédition des céréales bloquées dans les ports ukrainiens. Et selon le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, le texte signé permettra de contribuer à «prévenir le danger de la faim qui guette des milliards de personnes dans le monde».

Des délégations turques, russes, ukrainiennes et des Nations Unies ont trouvé un accord visant à faciliter l’expédition des céréales bloquées dans les ports d’Ukraine, depuis l’invasion de la Russie. Les travaux dirigés par le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, se sont déroulés au palais Dolmabahce d’Istanbul, en Turquie. Un satisfécit selon le chef de l’Etat turc, Recep Tayyip Erdogan, qui s’est exprimé, ce vendredi 22 juillet 2022, à l’issue de la cérémonie de signature de l’Accord.

«Avec ce texte, nous contribuerons à prévenir le danger de la faim qui guette des milliards de personnes dans le monde», a confié le dirigeant turc. «Nous sommes fiers, à juste titre, d’avoir joué un rôle majeur déterminant dans une initiative qui permettra de résoudre de la crise alimentaire mondiale», a ajouté le Président Erdogan, rappelant qu’un «accord a été trouvé pour le processus au départ des navires jusqu’à leur arrivée en toute sécurité, au port de destination».

Le chef de l’Etat turc a par ailleurs annoncé l’érection d’un «centre conjoint de coordination qui sera établi à Istanbul», et qui servira pour la «mise en œuvre et la supervision de ce plan extrêmement important». Pour sa part, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a dit ses remerciements au Président Erdogan pour ses «efforts de facilitation» et son «insistance» qui ont été «vitales à chaque étape de ce processus». Selon Guterres, «aujourd’hui en mer Noire, il existe une lueur d’espoir dont le monde a plus que jamais besoin».

Lire : La guerre du blé s’intensifie