Le monde, la nouvelle maison de Macase

Lauréat du prix RFI musiques du monde 2001, le groupe Macase est devenu le nouvel ambassadeur de la culture camerounaise. Heureux, les jeunes artistes gardent malgré tout les pieds sur terre. Interview.

Le groupe camerounais Macase est heureux. Lauréat du prix RFI musiques du monde 2001, les sept artistes ont appris la nouvelle de leur nomination, en même temps que tout le monde, sur les ondes de Radio France Internationale (RFI). Consécration. Cory, Blick, Henry, Roddy, Ruben, Serge et Roger sont aux anges. Prix du Cameroun 1999, révélation aux Cameroon Awards 1999, élus la même année meilleur groupe du Cameroun par CRTV 12, la télévision nationale, le groupe n’est pourtant pas le premier venu. Il gagne désormais une dimension internationale dont il est tout à fait conscient. Le peuple camerounais est fier de son tout nouvel ambasseur culturel. Une responsabilité que le groupe entend bien assumer le mieux possible.

Afrik : Lauréat RFI musiques du monde 2001, vous attendiez-vous à une telle nomination ?

Macase : Oui et non. Quand on participe à un concours, c’est toujours qu’on espère gagner. Nous avons appris la nouvelle en même temps que tout le monde sur les ondes de RFI. C’était un moment très fort. Avec le bouche à oreille, la nouvelle s’est répandue très rapidement dans le pays et nous avons tout de suite commencé à recevoir de nombreuses félicitations et de nombreux témoignages d’encouragement.

Afrik : La nomination n’est-elle pas encore un peu trop abstraite pour vous ?

Macase : Non, nous prenons tout à fait la pleine mesure de ce qui nous est arrivé. Avec les marques de sympathie qui nous ont été témoignées partout à travers le pays, nous nous rendons bien compte de ce que cette nomination représente pour nous et pour le Cameroun. Les gens sont fiers de nous, fiers que le pays trouve un nouveau porte-drapeau culturel. Alors nous avons bien la tête sur les épaules et nous sommes conscients qu’il nous faudra travailler encore d’avantage et être encore plus exigeants avec nous mêmes.

Afrik : Donc, vous comptez porter haut et loin les couleurs du Cameroun ?

Macase : A travers Macase, nous travaillerons à faire rayonner l’image d’une culture camerounaise très riche et très dynamique.Il existe plus de deux cent cinquante ethnies différentes dans le pays. Pour notre part, nous chantons en plus de cinq langues, sans compter le français et l’anglais, les langues officielles du Cameroun. Nous chantons, entre autres, en bassa (langue du centre, ndlr), en éton (centre), en bulu (sud), en ewondo (centre), en fulvé (nord), en sango (centrafrique). Nous empruntons partout à la culture locale et même régionale. Et puis intégrons également les influences occidentales naturelles comme le jazz ou la soul qui ont nourri et nourissent toute notre culture musicale.