Le meurtre d’un chrétien copte suscite des inquiétudes en Egypte

Les violences interreligieuses sont en augmentation. Le meurtre d’un chrétien copte par un musulman à Minya, à environ 360 km au sud du Caire, fait redouter l’éclatement de violences inter-religieuses à travers l’Egypte, où les chrétiens coptes représentent entre 13 et 15% de la population.

L’incident, au cours duquel le copte Milad Farag a été poignardé mortellement par Khamis Eid, est une dispute qui a mal tourné entre les deux hommes, selon des témoins qui ont déclaré qu’ils ne parlaient pas de religion. La famille de M. Farag a également déclaré avoir foi dans le système judiciaire du pays, en affirmant que « justice sera faite ».

Cependant, le mois dernier, les fréquents affrontements entre chrétiens et musulmans ont fait craindre que l’Egypte pourrait se diriger vers une flambée de violence sectaire. Le propriétaire d’un magasin copte et trois de ses employés ont récemment été tués par balles dans un quartier du Caire, sans raison apparente.

« J’ai peur. Je ne sais pas pourquoi ces gens ont été tués, mais il semble que dans ce pays la religion soit une source importante de violence », a déclaré un passant sous le couvert de l’anonymat.

Les analystes ont averti qu’une situation du type de celle qui prévaut au Liban pourrait éclater en Egypte si les responsables des deux religions ne calment pas rapidement les ardeurs des uns et des autres.