Le Maroc vers une expérimentation du free flow sur ses autoroutes

Bientôt au Maroc, les conducteurs ne seront plus obligés d’attendre au poste de péage ni de ralentir la vitesse à laquelle ils conduisent avant de s’acquitter des frais de péages pour ceux qui détiennent le badge Jawaz. Il n’y aura plus de poste de péage avec barrières. En effet, la société des Autoroutes du Maroc, ADM, serait en pleine préparation pour le lancement du péage free flow.

Le free flow consiste à installer des portiques dotés de caméras de surveillance sur les autoroutes pour lire le numéro des plaques d’immatriculation et identifier les badges semblables à ceux de Jawaz. Plusieurs modes de paiement sont prévus dans ce système. Les usagers pourront notamment payer par un débit automatique de leur badge. Ils peuvent aussi débiter un compte préalablement ouvert sur l’une des plateformes destinées au free flow et qui sera rechargé au besoin.

Le free flow : un système révolutionnaire

Plusieurs pays à travers le monde utilisent déjà ce système révolutionnaire pour gérer les postes de péages. C’est le cas en Amérique du Nord et en Scandinavie. Ce système est aussi opérationnel dans certains pays européens comme la Suisse, l’Autriche et le Portugal.

La société ADM n’a toujours pas dévoilé les méthodes techniques qu’elle compte adopter pour la réussite de son projet. Ce qui est, par contre, évident et sur laquelle ne plane aucun doute, selon une source proche du dossier, c’est qu’elle lancera continuellement une opération pilote pour surveiller l’axe Casablanca-Rabat.

L’adoption au Maroc d’un système de péage automatique s’explique par une clientèle devenue très exigeante, en l’occurrence ceux qui possèdent les badges Jawaz. Ils n’acceptent plus d’être obligés de réduire leur vitesse pour traverser les postes de péages avec barrières. A ce jour, huit cent mille (800 000) badges Jawaz ont déjà été distribués.