Le Maroc va-t-il importer du gaz algérien depuis l’Espagne ?


Lecture 2 min.
Gaz naturel Algérie
Gaz naturel d'Algérie

L’annonce de la réouverture, en sens inverse, du gazoduc Maghreb-Europe pour acheminer du gaz de l’Espagne vers le Maroc laisse croire que le royaume chérifien est sur le point d’importer du gaz algérien. Qu’en est-il concrètement ?

Ce vendredi 15 avril 2022, Leïla Benali, ministre marocaine de la Transition énergétique, a annoncé la réouverture du gazoduc Maghreb-Europe (GME) pour acheminer du gaz de l’Espagne. Ainsi, le Maroc va se procurer du gaz naturel liquéfié (GNL) sur le marché international, pour le transformer dans les usines de regazéification mis à sa disposition par l’Espagne, avant de l’acheminer vers le royaume ibérique via le GME.

« Pour la première fois, le Maroc est sur le marché international du gaz », a annoncé la ministre, ajoutant que le royaume chérifien « n’avait jamais acheté de GNL ». Leila Benali a par ailleurs indiqué que son pays a déjà reçu une douzaine de propositions dans ce sens. Selon elle, la fermeture du GME, du fait de la crise diplomatique avec l’Algérie, est « une opportunité » pour jeter les bases d’une nouvelle politique de développement du gaz naturel au Maroc.

On sait toutefois que l’Espagne s’approvisionne en gaz algérien. Est-ce gaz qui sera réacheminé vers le Maroc pour y être traité ? La ministre est formelle à ce sujet : le Maroc ne s’approvisionnera pas en gaz sur le marché espagnol encore moins à partir du marché européen. Lors de cette opération, insiste-t-elle, le Maroc profitera des installations de l’Espagne, notamment les unités de re-gazéification, aux fins d’acheminer le gaz vers le royaume chérifien. Avec ce procédé, il s’agira d’inverser les flux du GME, note-elle.

Ces nouveaux contrats d’approvisionnement en gaz favoriseront, selon ce membre du gouvernement marocain, la relance des deux centrales de Tahaddart et d’Ain Beni Mathar, qui assuraient la production de près de 10% de l’électricité consommée au Maroc. La ministre a précisé que ces deux usines étaient alimentées par le gaz en provenance d’Algérie. Le Maroc envisage de mettre en place ses propres usines de re-gazéification, pour garantir sa souveraineté en gaz, relève la ministre.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter