Le Maroc soutient l’apprentissage à distance pour les étudiants sourds et malentendants

Reconnaissance accrue de la langue des signes marocaine (MSL) en tant que langue en offrant une formation aux enseignants et aux administrateurs sur MSL.

« Lorsque COVID-19 a frappé le Maroc et que les écoles ont fermé, nous nous sommes rapidement tournés vers l’enseignement à distance dans le but principal de fournir un apprentissage continu à nos élèves« , a déclaré M. Boukili, responsable de l’éducation inclusive au ministère marocain de l’Éducation. «Nous nous sommes vite rendu compte que nous ne nous concentrions que sur la pointe de l’iceberg !»

En mars 2020, le ministère marocain de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle et de la Recherche scientifique (MOE) est passé à l’apprentissage numérique pour assurer la continuité de l’apprentissage de ses sept millions d’étudiants en réponse à l’épidémie de coronavirus. Diverses ressources d’apprentissage à distance ont été mises à la disposition des étudiants. Le Ministère a rapidement multiplié ses efforts pour rendre l’enseignement à distance accessible à tous. Le ministère a étendu sa plate-forme en ligne TilmideTICE qui fournit du contenu dans toutes les matières et à tous les niveaux, a déployé une plate-forme Microsoft Teams pour permettre l’interaction en ligne entre les élèves et les enseignants et a lancé des classes virtuelles au profit des étudiants des centres de formation professionnelle. Ensuite, pour atteindre les étudiants sans accès à Internet, souvent dans les régions rurales ou mal desservies, le ministère est allé plus loin et a commencé à filmer les leçons et à les diffuser sur les chaînes de télévision nationales pour garantir un accès équitable à tous.

À tous ? Pas assez. Au fur et à mesure du déploiement de ces outils d’apprentissage à distance, des inquiétudes ont rapidement été exprimées quant au fait que des étudiants sourds et malentendants (DHP), représentant plus de 2000 enfants et jeunes scolarisés qui comptent parmi les 10000 étudiants marocains souffrant de déficiences sensorielles, étaient laissés pour compte.

Il restait encore un autre défi: la nécessité de traduire les matériels d’apprentissage à distance en langue des signes marocaine (MSL).

Le ministère était bien préparé pour relever le défi grâce au projet de l’USAID intitulé Améliorer la lecture des enfants sourds grâce à la technologie (2015-2018) qui, en partenariat avec le MEO, a accru la reconnaissance du MSL en tant que langue en offrant une formation aux enseignants et aux administrateurs. sur MSL. Le projet a travaillé avec des écoles gérées par des associations de sourds à travers le Maroc pour fournir aux enseignants une technologie d’assistance — MSL Clip and Create software — leur permettant à la fois de créer des supports personnalisés qui fournissent des traductions MSL de textes écrits et de générer des activités pédagogiques intégrant à la fois MSL et l’arabe standard moderne. .

Mme Mina Daoudi, interprète en langue des signes, était l’une des enseignantes volontaires que le MEO a appelées à aider à la traduction des cours de MSL à travers une série de vidéos enregistrées. « Ces leçons vidéo seront d’abord diffusées sur les chaînes de télévision nationales, puis publiées sur la plate-forme en ligne du ministère afin que les étudiants sourds et malentendants puissent accéder aux opportunités d’apprentissage numérique« , a déclaré Mme Daoudi. «Vous savez», a-t-elle poursuivi, «il existe de nombreux supports pédagogiques pour les enfants sourds en ligne, mais en plus d’être dispersés ici et là, ils ne sont pas adaptés au contexte marocain. C’est le moment où nous devrions envisager de proposer nos propres offres! »

Poussé par le besoin immédiat et la réponse à la pandémie, le MEO a sollicité l’aide de l’USAID. Dans le cadre des mesures d’intervention d’urgence COVID-19, l’USAID a redirigé environ 400000 $ dans le cadre de son programme national de lecture actuel (2017-2022) pour adapter les leçons numériques en langue des signes aux étudiants DHP.

Cet effort fait partie d’une collaboration continue avec le MEO pour soutenir l’éducation DHP. La nécessité de programmes de préparation des enseignants MSL et le rôle important de l’enseignement supérieur dans la préparation de la prochaine génération d’enseignants sourds ont abouti à la signature d’un protocole d’accord (MOU) en 2019 entre l’USAID, le MEO et la Fondation Lalla Asmaa. Ce protocole d’entente décrit la mise en œuvre d’un programme de formation des enseignants complet et fondé sur des preuves qui dotera les enseignants existants et potentiels des compétences nécessaires pour utiliser des modèles pédagogiques de qualité pour l’enseignement aux apprenants en DHP. Suite à ce protocole d’accord, l’USAID lancera une nouvelle activité de formation des enseignants DHP plus tard cette année, qui aidera le MEO à renforcer l’inclusivité dans le système éducatif marocain en fournissant une assistance technique pour le développement de contenu et la formation d’une génération de futurs enseignants qui remplira un enseignant critique. pénurie dans ce domaine.

«Cette pénurie d’enseignants qualifiés pour les élèves sourds et malentendants a été d’autant plus aiguë avec la pandémie COVID-19 que nous essayons de fournir des services d’interprétation en ligne pour nos élèves sourds et malentendants», a déclaré M. Boukili. « Mais ce protocole d’accord contribuera de manière significative à rehausser le profil des enseignants de langue des signes au Maroc et, espérons-le, encouragera de plus en plus d’étudiants de premier cycle à se spécialiser dans l’éducation des sourds et à combler le déficit de pénurie d’enseignants MSL », a-t-il poursuivi. «Il s’agit d’un pas énorme vers la réalisation du programme de réforme de l’éducation inclusive du Maroc à long terme et un engagement ferme à contribuer à une croissance économique inclusive et durable du pays.»