Le Maroc refuse d’extrader un citoyen britannique accusé d’un braquage record

La Cour suprême marocaine a rejeté, jeudi, la demande d’extradition du Britannique d’origine marocaine Lee Lamrani Ibrahim Murray. Londres l’accuse d’être le cerveau présumé du spectaculaire braquage du Kent (sud de l’Angleterre), organisé en 2006.

Lee Murray, de père marocain et de mère anglaise, est accusé par les autorités britanniques d’être l’organisateur du braquage du Kent où une somme record de 77 millions d’euros a été volée en février 2006.

Selon la Cour, Lee Lamrani est Marocain, car son père est Marocain et que la loi interdit d’extrader un ressortissant vers le pays où il est accusé d’avoir commis un crime.

Arrêté le 25 juin dernier, Lee Lamrani sera libre lundi car à cette date, il aura purgé les huit mois de prison auxquels il a été condamné mercredi par la cour criminelle de Salé, près de Rabat, après avoir payé les amendes qui lui ont été infligées.

Il avait été reconnu coupable comme trois autres Britanniques de « violence contre les forces de l’ordre » et « détention et consommation de drogue ». Les quatre accusés ont été, en outre, condamnés à verser collectivement une amende de 27.000 euros aux douanes marocaines qui s’étaient portées partie civile.