Le Maroc face à une grosse menace terroriste

Suite à la coopération du royaume avec la France au lendemain des attentats du 13 novembre dernier, le Maroc est sous la menace terroriste proférée par l’organisation terroriste Etat islamique. Le royaume a renforcé sa sécurité tant à l’intérieur du pays qu’au niveau de ses frontières.

Le Maroc vit plus que jamais sous la menace terroriste suite à la collaboration du royaume avec la France au lendemain des attentats du 13 novembre dernier qui ont frappé la capitale française et fait 130 morts en plus de 350 blessés. La cellule terroriste démantelée vendredi n’est que la partie visible de l’iceberg..

Comme l’a confirmé le quotidien arabophone Assabah, l’Etat islamique (EI) a nommément menacé le Maroc, estimant que sa contribution en renseignements a été décisive pour faire échouer une autre vague d’attentats de cette organisation en France, après ceux de Paris, le 13 novembre dernier. En effet, le mercredi 18 novembre dernier, cinq jours après les attentats de Paris, les services de sécurité français, en étroite collaboration avec le renseignement marocain, ont débusqué le cerveau des attentats de Paris, Adelhamid Abaaoud, qui apprêtait une attaque contre la défense française.

Un attentat « capital » pour l’Etat islamique qui avait pour principal objectif d’humilier les services de sécurité français en frappant la Défense venait d’échouer, en grande partie grâce (ou à cause pour EI) du Maroc. Ce qui a provoqué la colère des terroristes qui ont publié sur des réseaux sociaux des menaces contre le Maroc, lui promettant des « attaques dévastatrices ». Des attaques « anéantiront les soldats, exploseront les palais et détruiront l’économie », a menacé l’Etat islamique.

A peine cette menace proférée, les services de sécurité marocains démantelé, vendredi, une cellule liée au groupe terroriste Etat Islamique, composée de trois personnes, dont une femme, s’apprêtant à « exécuter des opérations terroristes dangereuses dans le royaume », a indiqué le ministère marocain de l’Intérieur, précisant que « le groupe, qui est actif à Fès, à Casablanca et à Oulad Teïma, dans le sud du pays, a été démantelé par le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) ».

Les médias marocains ont précisé que pas moins de 1 500 Marocains ont intégré les groupes terroristes armés en Syrie et en Irak, 286 y ont trouvé la mort et 220 sont rentrés dans leur pays. Ce qui fait du Maroc une cible potentielle des djihadistes. Conscient de ce danger latent, le Maroc a considérablement renforcé les contrôles autour du poste frontalier de Tarajal séparant le royaume de la ville de Ceuta, en Espagne, a indiqué l’agence de presse espagnole EFE. Le royaume a en outre renforcé la sécurité sur tout son périmètre avec une traque inlassable des terroristes.