Le Maroc au sommet du G4 pour parler immigration et terrorisme

Les ministres de l’Intérieur portugais, espagnol, français et marocain, se sont réunis, mardi, au Portugal lors du sommet du G4 pour parler d’immigration et de terrorisme.

Les trois pays du sud ouest européen et le Maroc se sont réunis au Portugal pour renforcer leur coopération dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine et le terrorisme. Le groupe se réunissait pour la troisième fois depuis le sommet tenu pour la première fois à Rabat, en 2013.

La lutte migratoire est le premier intérêt commun aux quatre pays. Le point focal était sur le phénomène noté ces derniers temps, notamment les traversées de la Méditerranée, de la Libye vers l’Italie. Le Maroc, participant de ce sommet, est le pays africain le plus proche du continent européen; et le détroit de Gibraltar, contrôlé par le Royaume et l’Espagne, est l’une des principales portes d’entrée des migrants clandestins en Europe.

Dans cette démarche, le groupe a fait part de son soutien au royaume et s’est engagé à former les policiers marocains afin de démanteler des réseaux de passeurs. L’accent doit être mis notamment sur la formation dans la lutte contre la fraude documentaire. Le ministre marocain Mohamed Hassad a quant à lui fait état d’un « contrôle très efficace grâce notamment à la coopération avec l’Espagne », tout en soulignant que « le Maroc n’est pas le gendarme de l’Europe ».

Concernant la lutte contre le terrorisme, le G4 voit la nécessité de prévenir les déplacements des djihadistes, selon Bernard Cazeneuve, le ministre français de l’Intérieur, grâce à un fichier des passagers des compagnies aériennes, le PNR, en débat à Bruxelles, et plus de contrôles au sein de l’espace Schengen.

Il a indiqué que ces contrôles ne concerneraient que certains vols et certains passagers en précisant que c’est à l’Union Européenne, de définir les critères sur lesquels ils devront être opérés.