Le Maroc a voté à « l’unanimité » l’accord de pêche avec l’UE

L’accord de pêche prévu entre le Maroc et l’Union européenne a été voté, lundi à Rabat, à « l’unanimité » par les députés.

Les députés marocains ont été « unanimes ». Les navires européens sont à nouveaux autorisés à pêcher dans les eaux du royaume. Le montant de cet accord voté à Rabat lundi soir, déjà validé par le Parlement européen en décembre, s’élève à 40 millions d’euros.

Selon la ministre déléguée marocaine des Affaires étrangères, Mbarka Bouaida, l’Union européenne (UE) versera 16 millions d’euros pour l’accès aux ressources, tandis que 14 millions d’euros permettront de soutenir la politique sectorielle du Maroc en faveur du développement durable, rapporte la MAP. Les 10 millions d’euros restant devront être versés par les 126 navires, issus de 11 pays européens, autorisés à accéder aux eaux marocaines.

Dans ce secteur, le Maroc est le seul pays à bénéficier d’un statut avancé avec l’UE. Les deux parties réfléchissent désormais à développer un Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA). Trois rounds de négociations ont déjà eu lieu dans ce sens. Un quatrième rendez-vous est prévu au printemps prochain à Bruxelles.

Un accord jugé équitable avec les habitants du Sahara occidental

Le précédent accord avait été contesté par le Parlement européen (PE) qui le considérait désavantageux pour la population du Sahara occidental, ex-colonie espagnole aujourd’hui contrôlée par le Maroc et revendiquée par les indépendantistes sahraouis. Ce territoire compte un millier de km de côtes. « Le nouveau protocole est avantageux pour les deux parties et répond de façon directe aux préoccupations exprimées par le PE en 2011, sur les plans économique, écologique et social, c’est-à-dire sur l’impact pour les populations dans les zones de pêche », a affirmé, lundi à la presse, l’ambassadeur de l’UE au Maroc, Rupert Joy.

Ce dernier a également souligné que l’année 2013 a été « marquée par des dons de l’UE d’un montant exceptionnel de plus de trois milliards de dirhams » (près de 300 millions d’euros).