Le marché des Data Centres en Afrique

Les data centres Africains (data centers) permettent l’accès plus rapide à internet et à des solutions qui vont soutenir les économies nationales. Voici le résumé de l’étude de Balancing Act, l’Annuaire des « data centers » partagés, défis et opportunités du marché en 2011.

Avec l’arrivée de plusieurs câbles internationaux de chaque côté du continent africain, un nouveau stade a été franchi en Afrique avec la naissance d’un parc de centres de traitement de données (‘data center’ en anglais) partagés. Les data centres sont l’un des éléments clefs de l’infrastructure télécoms émergente du continent. Leur installation permet le stockage, la sauvegarde, le traitement et la transmission rapide de vastes quantités de données informatiques au niveau local et sous stricte surveillance. Les missions principales de ces centre sont d’offrir une meilleure connexion aux réseaux internet et intranet, une haute disponibilité des systèmes d’informations et le déploiement d’applications logicielles pour faciliter les tâches essentielles liées à l’activité métier des sociétés – comme par exemple les gestionnaires de bases de données, de fichiers et d’applications de type CRM et ERP, VoD, etc.

En Occident, de nombreuses entreprises de taille moyenne utilisent de tels centres. Quant aux grandes entreprises, elles en utilisent souvent des dizaines (banques, assurance, opérateurs, ou des sociétés comme Google, Facebook, Amazon, Apple, Microsoft, etc.).

C’est pourquoi en 2011, les perspectives pour ces data centres en Afrique sont très prometteuses, avec divers degrés de déploiements et la fourniture progressive des services qui leur sont associés. Dans certaines régions d’Afrique, comme en Afrique du Sud, le marché des data centres a pris une longueur d’avance en prévision de la nouvelle bande passante qui sera fournie par le câble ‘WACS’ dans le courant de cette année, mais plusieurs régions demeurent inexploitées bien que la demande des entreprises locales soit de plus en plus forte.

La concentration de ces centres est amenée à se poursuivre sur le continent, avec le développement de data centres spécialisés pour lesquels les défis les plus importants sont la maîtrise de la climatisation et surtout de la consommation électrique qui demeure un point faible en Afrique. Il ressort aussi de l’étude que ces centres vont devoir intégrer des outils et des méthodes écologiques afin de réduire leurs coûts de fonctionnement, et en particulier leur coût énergétique.

Ce sont les principales conclusions d’un rapport unique sur ce marché stratégique entrepris par Balancing Act et paru le 19 Janvier 2011.

S’appuyant sur son expertise dans les NTIC et sur son expérience de l’Afrique acquises au cours des 11 dernières années, ce nouveau rapport a nécessité à Balancing Act le travail de trois analystes pendant plus de 7 mois de recherche. Ces analystes ont scruté l’environnement actuel des 53 pays africains, les principales tendances, les enjeux, les opportunités et les évolutions futures du marché.

Le rapport passe en revue les data centres «partagés» par pays et par type d’établissement. Au total, le rapport met en évidence 112 data centres « partagés » dans 24 pays africains (dont 15 en Afrique du Sud), y compris les projets sur le point d’être achevés en 2011. Ces centres de traitement de données peuvent occuper une pièce, un étage ou un immeuble entier.

Afin de répondre à la demande des investisseurs, l’étude répond également à la question «où construire de nouveaux data centres en Afrique? » en examinant les lieux opportuns, la demande potentielle.

L’étude comprend aussi une analyse plus approfondie de 11 pays sélectionnés avec la segmentation du marché, les forces et faiblesses, les principaux data centres construit et les projets prévus en 2011, le statut économique et politique, la puissance électrique disponible et l’accès à la bande passante locale.

Un chapitre consacré aux prix et un autre axé sur les tendances du marché apportent des munitions supplémentaires aux investisseurs potentiels.

Le rapport fournit au lecteur un annuaire complet de contacts dans chaque data centre en Afrique, un annuaire des entreprises engagées dans la vente de solutions dans ce secteur, des cartes et 70 tableaux qui illustrent les principaux indicateurs utiles à la prise de décision.

Il se termine par des recommandations pour les investisseurs, les constructeurs de data centres, les organismes gouvernementaux et les fournisseurs de services, ainsi que les prévisions des tendances dans les années à venir.

Pour plus d’informations

 Le site de Balancing-act

Sylvain Béletre

Associate Editor – Senior Research Analyst

Email: sbeletre@balancingact-africa.com