Le Mali se vante d’un nouveau « système informatique souverain »


Lecture 2 min.
Assimi Goïta, président de la Transition du Mali
Assimi Goïta, président de la Transition du Mali

Les nouvelles autorités maliennes ont officiellement annoncé le lancement d’un nouveau « système informatique souverain de gestion des données du recensement administratif à vocation d’état civil ».

C’est hier, mardi 13 février 2024, que la junte militaire au pouvoir au Mali a, dans un communiqué, annoncé le lancement d’un nouveau « système informatique souverain de gestion des données du recensement administratif à vocation d’état-civil. Selon la Présidence malienne, il s’agit d’une grande révolution et un pas de plus vers plus d’autonomie.

Ce nouveau système, élaboré par des compétences maliennes, a été présenté au président de la Transition au Mali, Assimi Goïta. Le dirigeant s’est félicité de cette importante réalisation. Le chef de la junte a d’ailleurs annoncé la décision de décorer ces inventeurs. Les experts qui ont conçu ce nouveau système seront élevés au grade de chevalier de l’ordre national du Mali.

Adieu à la dépendance informatique

Le nouveau système de gestion de données de l’état-civil a été baptisé « Mali kura Biométrie ». Selon Assimi Goïta, il marque la souveraineté numérique et l’autonomie technologique du Mali. « Avec Mali Kura Biométrie, le Mali dit adieu à la dépendance technologique et bienvenue à l’autonomie. Les codes sources et les licences de ce système sont entre les mains de nos experts nationaux », a déclaré le président de la Transition.

Pour le dirigeant, cette mise au point permettra de « mettre fin à toute tentative de chantage, d’exploitation et même de prise d’otage des données de la part de prestataires étrangers ». « Mali Kura Biométrie, insiste le chef de l’Etat malien, ouvrira la voie à de nouvelles opportunités pour notre nation ». Cette structure vient désormais remplacer la société française Idemia.

Avatar photo
Une plume qui balance entre le Sénégal et le Mali, deux voisins en Afrique de l’Ouest qui ont des liens économiques étroits
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter