Le Malawi relance son agriculture avec l’aide de l’Europe

Le gouvernement malawite a annoncé un programme d’aide agricole qui sera financé avec le Royaume-Uni et l’Union Européenne. Des petits pas prometteurs dans un contexte économique encore très difficile.

Le Malawi va financer un programme de relance de son agriculture d’un montant total de 11,6 millions de dollars. Ce projet serait en partie subventionné par le Royaume-Uni à hauteur de 6 millions de dollars, et par l’Union Européenne (UE) qui débloquera 2,6 millions de dollars. Le gouvernement malawite a fait savoir qu’il versera les 3 millions restants.

Selon le ministre de l’Agriculture et de l’Irrigation, M. Léonard Mangulama, cette aide sera principalement dédiée aux petits exploitants agricoles, aux foyers les plus touchés par la pénurie chronique de nourriture, et aux  » victimes de l’insécurité alimentaire « , a-t-il indiqué mercredi dans des propos rapportés par l’agence Pana. La population visée représente 1,5 million de foyers, selon les estimations du Ministère.

Distribution de sacs d’engrais

Ce programme s’articulera autour de la distribution de sacs de 2 kg de graines de maïs, d’un sac de semences de légumes et de sacs de 10 kg d’engrais (basal et de surface). L’agriculture, la principale ressource du pays, représente 40 % de l’économie contre 17 % seulement pour l’industrie et 39 % pour les services.

Petit pays agraire, le Malawi reste encore très dépendant de l’assistance internationale ainsi que du transfert des devises étrangères de ses travailleurs expatriés. Le pays avait déjà bénéficié d’un programme similaire l’an dernier.

Malgré les réformes structurelles engagées sous l’égide du FMI depuis 1994, le Malawi peine à redynamiser son économie. Celle-ci, taraudée par un taux d’inflation de 30 %, s’est trouvée récemment fragilisée par la dévaluation du kwacha, la monnaie nationale, que les économistes attribuent à la fraude et à la corruption, à la hausse du prix du carburant et aux 40 millions de dollars de déficit enregistrés sur la vente du tabac.