Le King met le feu à la scène oranaise

Concert phénoménal à Oran jeudi dernier : Khaled revient et enflamme le palais des sports. Malgré le trac face à ce public qu’il n’avait pas vu depuis vingt ans, le King a été à la hauteur des espérances.

Khaled en concert à Oran jeudi dernier : dès 21 h, le palais des sports affichait déjà complet. Tout y était pour que cette manifestation qui entre, rappelons-le, dans le cadre des festivités du 11e centenaire de la fondation de la ville d’Oran, réussisse. A commencer par une sonorisation impeccable et un écran géant où les techniciens proposaient à plusieurs reprises des arrêts sur image. Plusieurs chanteurs nationaux se sont d’abord succédé sur scène : la révélation Cheb Fouzi, Rym Hakiki, Bella et, enfin, Houari Benchennet. A 1h 15, Khaled entre enfin sur scène. Le public reconnaît dès les premières notes la chanson qui annonce l’arrivée du king : Melha. Reprise immédiate du public, qui sera également à l’unisson pour les quinze chansons suivante : Sahra, Bakhta, S’hab el baroud, Trig ellici, Lillah ya Jazaïr, Ouelli l’darek et Aïcha… entre autres.

Universal, c’est fini !

La foule s’enflamme en reprenant les paroles de Bakhta et d’Aïcha. Tout le monde chante et danse au rythme des chansons du king. Pourtant, Khaled craignait ce public qu’il n’a pas revu depuis presque deux décennies. Quelques heures auparavant, la star déclarait : « J’ai le trac, le public a certainement changé avec la nouvelle génération. Ce n’est plus celui des années 80. » Rassuré. La salle a vibré devant une scène où Khaled et ses musiciens étaient les maîtres.

La dernière chanson proposée était Ouine el harba ouine, comme pour faire passer un message. « Khaled est le meilleur », « C’est phénoménal ! » clament des milliers de spectateurs. Dans l’après-midi de ce jeudi, Khaled a tenu une conférence de presse à l’hôtel Phénix. Cette rencontre avec la presse nationale et étrangère a permis à la star du raï de revenir sur certains points concernant sa carrière artistique. Effet d’annonce : on apprend notamment que Khaled vient de rompre son contrat avec la maison Universal parce que, dit-t-il, « je veux changer et avoir de nouvelles expériences sous d’autres cieux ».

« Oran by night »

Le chanteur a aussi beaucoup parlé de ses projets avec des artistes arabes tels l’Egyptien Hakim. Khaled a terminé ce point de presse par une révélation : « Je veux chanter aux côtés de la diva Warda. » Concert et accueil réussi donc, sinon cette légère fausse note de la part des organisateurs : le transport n’a pas été assuré, alors que la soirée s’est terminée vers 3h30. « Cela nous a permis de découvrir Oran by night », ont commenté certains. Les foules regagnaient leur domicile à pied. Des groupes de citoyennes et citoyens de tout âge, des jeunes, des moins jeunes, des enfants et des adultes. Les Oranais ont retrouvé l’ambiance des belles années. Merci Khaled !