Le gouvernement tchadien confirme l’échec d’un coup d’Etat

Le gouvernement tchadien a confirmé une tentative de coup d’Etat perpétrée mardi contre le président Idriss Déby par des proches des déserteurs de l’armée qui se sont réfugiés en territoire soudanais.

« Le gouvernement tchadien informe l’opinion publique nationale et internationale qu’une tentative de coup d’Etat a été déjouée dans l’après-midi d’hier mardi 14 mars », indique un communiqué du ministre de la Communication et de la Culture, porte-parole du gouvernement.

« Les auteurs de ce coup d’Etat manqué sont Tom Erdimi, Timan Erdimi, l’ex-général Séby Aguid, Abakar Tolli, Adoum Togoï, Moctar Mehédi qui constituent les têtes pensantes de l’extérieur vivant actuellement à Washington, au Burkina Faso, au Cameroun et au Soudan », ajoute le texte.

Le communiqué, dont une copie a été transmise à la PANA,
mentionne les complices de l’intérieur chargés de l’exécution de ce coup d’Etat visant à abattre l’avion du président Idriss Déby à son retour du sommet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMA) à Bata, en Guinée équitoriale.

Les colonels Eggrey Mahamat, Abdéraman Djiddo et Bockit Ardane, le lieutenant-colonel Ali Bokor, les commandants Ali Anour et Ousmane Kessou Djongos ainsi que le capitaine Haroun Abakar seraint les complices en question.

« Ayant été informées des intentions des auteurs de cette
tentative de coup d’Etat, les Forces de défense et de sécurité ont pris les devants pour stopper la marche des éléments engagés dans cette tentative sur N’Djamena hier à 16 heures et la mettre en échec », ajoute le même communiqué.

Le salut du président grâce à un changement d’avion

« Les rescapés ont pris la fuite à bord de sept véhicules dont deux ont été interceptés et les occupants neutralisés », poursuit le texte, qui note qu’au nombre des éléments faits prisonniers figurent le colonel Eggrey Mahamat de l’escadron léger et le commandant Ali Anour de l’escadron blindé.

« Informé de cette situation, le président de la République a regagné N’Djamena hier soir (mardi) et a pris les choses
personnellement en main pour remettre de l’ordre », poursuit le communiqué du porte-parole du gouvernement.

Rentré précipitamment mardi soir, le président Déby Itno ne
devrait son salut que grâce au fait qu’il avait pris place à bord d’un avion gabonais alors que les auteurs du putsch
attendaient plutôt l’appareil de « Toumaï Air Tchad » qui était censé le ramener au pays.

Le président Déby s’est rendu mercredi matin à la caserne d’Am Sinéné, à la sortie nord-est de la capitale, où est stationnée une partie importante de ses troupes pour mettre les choses en ordre.

Une enquête est ouverte pour déterminer les tenants et
aboutissants de cette tentative, en identifier tous les auteurs et complices, souligne le porte-parole du gouvernement, ajoutant que des mandats d’arrêt internationaux ont été lancés contre ceux des auteurs qui résident actuellement aux Etats-Unis, au Burkina Faso, au Soudan et au Cameroun.

« Le gouvernement tchadien espère que tous les pays où se sont repliés les auteurs de cette tentative de coup d’Etat
coopéreront (…) en les remettant à la disposition de la
justice tchadienne pour qu’ils répondent de leurs actes
conformément aux conventions et traités internationaux en
matière de coopération judiciaire entre Etats », conclut le
communiqué.

Les habitants de N’Djamena se sont réveillés mercredi pour
constater le bouclage des principaux points d’accès de la ville où les communications téléphoniques, suspendues depuis la veille au soir, le restent encore sur le mobile.

Depuis octobre dernier le président Idriss Déby Itno fait face à des vagues de désertions dans l’armée ainsi qu’à une vive contestation, y compris parmi les membres de son propre clan.