Gabon : vers un adoucissement des conditions pénitenciaires

Un arrêté concernant les règles de vie des centres pénitenciers a été voté au Gabon visant à humaniser les conditions de détention, préparer à la réinsertion sociale des détenus et améliorer l’offre de service public carcéral.

Le ministère de la justice gabonais est en phase de rénover les conditions de détention sur l’ensemble du territoire suite à l’arrêté n° 0018/MJGS/CAB du 15 juillet 2014 qui traite du règlement intérieur des établissements pénitentiaires, rapporte Gabonreview.

Selon le ministère de la Justice, l’adoption de ce texte n’est qu’un préambule à une série d’actions consacrées à la vie en milieu carcéral. « Le règlement intérieur vise trois principaux objectifs : l’humanisation renforcée de la détention, la préparation à la réinsertion sociale du détenu et l’amélioration de l’offre de service public pénitentiaire dans notre pays », explique le ministère.

Une véritable vie sociale en prison

Ces nouvelles mesures doivent permettre a mise en place de formations professionnelles ainsi que l’enseignement à destination des prisonniers. Le ministère ajoute que « toutes ces mesures qui intègrent le sport et les activités spirituelles et socio-éducatives au bénéfice du détenu, lui apportent de l’épanouissement et un mieux-être ».

Le ministère de la justice se porte garant de l’application des nouvelles modalités quant à l’application du nouveau règlement intérieur, mais aussi de la formation professionnelle.

Prison ou école de la dernière chance ?

Toutes ces dispositions ont pour but final de permettre aux détenus de démarrer une nouvelle vie, ainsi « le détenu peut suivre des enseignements, s’inscrire pour des études supérieures ou universitaires à distance notamment, durant son séjour carcéral. L’intéressé est autorisé à obtenir du matériel didactique, des fournitures scolaires ainsi que des documents pédagogiques », précise l’arrêté.

Une copie a déjà été transmise au président de la Chambre de commerce et au président de la Confédération patronale gabonaise (CPG), pour la mise en place de partenariats public-privé avec chaque prison. L’objectif est de soutenir le gouvernement sur la réinsertion et l’amélioration de l’offre de service public carcéral au Gabon.