Le Gabon relance la filière café-cacao

La direction de la caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB), réunie le 23 avril dernier à Libreville, a décidé de mobiliser tous les moyens nécessaires pour relancer la filière café-cacao. Elle veut arriver à une production de près de 4000 tonnes de fèves d’ici 2014, soit 2000 tonnes de cacao et 2000 tonnes de café.

Notre correspondant au Gabon

Le projet est ambitieux : produire 4000 tonnes de café et de cacao d’ici 2014. Pour y parvenir, le président du Comité de gestion de la caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB), Félix Onkeya, estime qu’il est nécessaire de créer de nouvelles pépinières afin de relancer la production.

Et il faudra également, selon lui, faire de gros efforts pour augmenter sensiblement les surfaces cultivées et apporter de l’aide technique et financière aux agriculteurs. Ainsi, la (CAISTAB) a mis en place un plan de relance de la cacao-culture dans la province de l’Ogooué Ivindo, historiquement grosse productrice de ces denrées agricoles. D’autre part, un accent particulier devrait être mis aussi sur l’achat et la commercialisation du café et du cacao.

La filière café-cacao connait de sérieuses difficultés au Gabon depuis 1970, à cause d’une baisse substantielle de la production. Cette production avait atteint son niveau record au Gabon en 1975 avec 17 000 tonnes. Depuis cette date, elle stagne à 300 tonnes par an, selon les statistiques de la direction générale de l’économie.

Les autorités du pays devraient donc trouver de nouvelles stratégies afin de stimuler la production et assurer une meilleure gestion des ressources. Il s’agit, selon de nombreux observateurs, de relancer un secteur économique susceptible de stopper l’exode rural et de participer au développement économique des campagnes.