Le Gabon, combattant exemplaire face au Coronavirus !

Depuis le début du risque pandémique jusqu’à aujourd’hui, deux pays apparaissent comme modèles pour la gestion de la contagion et la maîtrise de la maladie : le Maroc et le Gabon. Le Maroc, avec 7000 cas et 194 décès à ce jour, où l’action résolue du Roi Mohammed VI a permis à la fois de mettre en place un confinement rapide dans les principales villes jusqu’au 10 juin prochain, et une très large disponibilité des masques à un coût modique, et ce depuis le début de l’épidémie grâce à la réorientation rapide de la production textile locale. Le Gabon, où les décisions de confinement ont été prises très tôt, en particulier pour Libreville, et accompagnées de mesures sociales exemplaires, permettant l’accompagnement tant des entreprises que des personnes en situation de vulnérabilité sociale, et qui parvient à limiter la mortalité due au Covid-19 à… 12 morts seulement.

A la manœuvre, deux hommes, main dans la main : le Président Ali Bongo et son Premier ministre, Julien Nkoghe Bekalé. Au premier la décision, qui n’a jamais manqué ni de clarté, ni d’humanité, ni de résolution. Au second l’exécution, et la coordination de l’action d’une équipe gouvernementale mise sous tension par les exigences de résultat et d’efficacité que leur impose le Premier ministre. Les réunions se succèdent à un rythme élevé, permettant à Julien Nkoghé Békalé de garder un contact constant avec les équipes mises en place pour gérer la lutte contre la Pandémie, qui déploient leur activité sur l’ensemble du territoire national, comme en témoigne ce reportage.

Exemplaire sur le port généralisé du masque, même lors des réunions ministérielles et des réunions qui impliquent les instances internationales, et en particulier les équipes sanitaires  et diplomatiques françaises, exemplaire sur la communication vis-à-vis de la population afin d’assurer une bonne compréhension des mesures prises, le gouvernement gabonais a fait la preuve, par sa gestion de la crise, d’une très grande responsabilité et d’un investissement de chaque instant.

Suite aux annonces précises faites par Ali Bongo dès le 2 avril, le Premier Ministre a décliné dès le 10 avril un ensemble cohérent de mesures exceptionnelles pour 250 milliards de francs CFA (380 millions d’euros) : mesures à la fois sanitaires, économiques et sociales : aides aux entreprises, versement d’une partie des salaires, gel des loyers pour les revenus les plus faibles et indemnisation des propriétaires concernés, gratuité des transports, mise en place du chômage technique, octroi d’une aide alimentaire aux plus démunis, et tout un ensemble de mesures visant à accompagner les entreprises qui subiraient l’impact des mesures de confinement…

« Dans son dernier discours à la Nation, le Président de la République, Chef de l’Etat, SE. Ali BONGO ONDIMBA a annoncé les mesures suivantes : – Le confinement du Grand Libreville ; – Le dépistage massif de la population et création de 60 centres de tests sur l’ensemble du Territoire ; – La prise en charge des factures d’eau et d’électricité pour les personnes les plus fragiles et économiquement faibles ; – La suspension durant le temps de confinement des paiements de loyers des personnes sans revenus ; – La prise en charge par l’Etat des pertes des petits propriétaires liées à la suspension du paiement des loyers ; – La gratuité des transports publics terrestres assurés par les compagnies publiques ; – La mise en place d’une allocation de chômage technique ; – Le maintien les salaires compris entre 80 et 150 mille francs CFA.

L’octroi d’une aide alimentaire aux personnes en situation de détresse et d’urgence ; – La réduction des patentes et de l’impôt synthétique libératoire de 50% pour les petits commerces et les entreprises à la personne ; – La mise en place d’un guichet de financement d’urgence pour répondre immédiatement aux besoins urgents de trésorerie des entreprises ; – L’instauration d’un moratoire sans pénalités sur les échéances de dettes envers les banques pour toute entreprise en cessation d’activité ou en grande difficulté liée à la crise ; – Les remises d’impôts pour les entreprises citoyennes qui préserveront l’emploi, feront montre de solidarité et d’exemplarité dans la situation de crise actuelle ; L’octroi et la défiscalisation des primes exceptionnelles aux employés qui exerceront leurs activités durant la période de confinement. » 

Peu de pays ont mis en place de manière aussi cohérente et précise toutes les mesures qui permettent de juguler le fléau, d’en limiter l’impact sur l’activité économique, et de rendre la crise sociale qui en découle supportable par l’ensemble de la population. De la bouche d’un diplomate présent à Libreville, Afrik.com a recueilli ces paroles rares : « j’avoue que je suis plein d’admiration sur l’efficacité des autorités gabonaises face à cette crise! » Et un haut représentant de l’Union européenne nous a également confié : « Depuis le début, aucun faux pas, tout ce qui pouvait être fait a été fait, en temps et en heure. » C’est également ce qui ressort de la « note » publiée par l’Institut Montaigne sous la plume de notre ami et confrère Michael Cheylan.

Elément central de la lutte contre le virus, le dépistage a bénéficié d’un investissement très important, avec la mise en place d’un centre de dépistage exemplaire, même au-delà du continent, puisqu’il permet de tester à Libreville jusqu’à 10000 personnes par jour.

Au « cœur » de cette action politique, Ali Bongo (que l’on reconnaît lors de l’inauguration du centre de dépistage massif de Libreville) a aussi tenu à investir directement et personnellement dans la préservation de la santé et de la vie des Gabonais en créant un fonds d’assistance qui permet aux Gabonais les moins favorisés d’accéder aux soins sans avoir à les financer. Un geste qu’il a tenu à expliquer lui-même et qui donne à l’ensemble de la société gabonaise la ligne à tenir : solidarité et cohésion, pour mettre en échec la maladie.

Cette action exemplaire de solidarité témoigne de l’engagement direct et profond d’un chef d’Etat d’abord et avant humaniste, et attaché à la sauvegarde de l’ensemble de la population. Nul doute que son histoire personnelle, le combat qu’il a lui-même dû mener contre la maladie, a joué un grand rôle dans la manière dont Ali Bongo a décidé de mettre le Gabon en ordre de bataille et tout son gouvernement en action. Car la lutte contre cette Pandémie qui aura bientôt causé plus de 330 000 morts dans le monde, a été jusque là efficace au Gabon : 12 morts au 21 mai 2020, sur plus de 1500 cas déclarés et soignés. Un chiffre toujours trop élevé, mais très faible, au regard du nombre de morts enregistrés par la France (près de 30 000) et plus encore par les Etats-Unis (près de 100 000 à date).

C’est à lumière de ces chiffres que les paroles prononcées par le Premier Ministre Julien Nkoghé Békalé mérite d’être écoutées : « Malgré la volonté du Chef de l’Etat et du Gouvernement, le combat contre le Coronavirus ne sera pas gagné sans une réelle adhésion de toute la population. Le Président de la République l’a rappelé dans son adresse à la Nation, le Coronavirus est certes redoutable, mais pas invincible. Les premiers pays affectés par cette pandémie nous montrent la voie à suivre. Nous ne pouvons plus invoquer l’effet de surprise. La principale leçon que nous tirons des expériences des autres, c’est la discipline individuelle et collective, la solidarité et la responsabilité. »

Il y a lieu aujourd’hui de saluer l’efficacité d’une action dont les fondements, solidarité et responsabilité collective, fixés par Ali Bongo dès sa première intervention publique, ont été à la fois bien appliqués et suivis d’effet.