Le Gabon a célébré le 52e anniversaire de son indépendance

Le Gabon a célébré ce vendredi 17 août, le 52e anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. L’occasion pour le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba d’inviter ses concitoyens au culte de la patrie, à l’amour du pays et à l’ouverture aux autres, loin de l’ethnocentrisme, du tribalisme et de l’individualisme.

(De notre correspondant)

Le Gabon a célébré ce vendredi 17 août, le 52e anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba en a profité pour appeler les Gabonais à l’amour du pays, au culte de la patrie et à l’ouverture aux autres.

Discours d’Ali Bongo

« Le Gabon doit être fort de ses richesses naturelles, de son identité plurielle, de sa culture rayonnante. Une nation dont le ciment essentiel est et doit rester l’amour de notre pays, le culte de notre patrie », a déclaré le président de la République, à la veille de la fête de l’indépendance. Il a insisté sur le fait que « les Gabonais doivent œuvrer ensemble, en toutes circonstances en faveur d’une cohésion nationale plus accrue, en combattant l’ethnocentrisme, le tribalisme et la haine de l’autre. Et, contre toutes choses qui sous d’autres cieux ont conduit à des catastrophes innommables ». Il a aussi souligné l’importance de la solidarité et de la justice sociale, tout en promettant un plan d’actions visant à réduire la pauvreté.

« Le coût de la vie doit être maîtrisé de sorte à assurer un mieux-être à chacun. Les prix de denrées de première nécessité, des matériaux de construction, de diverses commodités doivent être régulés, revus à la baisse dans certains cas pour répondre à la demande sociale, augmenter le pouvoir d’achat des foyers, relancer la consommation intérieure et réduire ainsi la pauvreté », a-t-il promis.

Des promesses ont également été faites dans le sens du renforcement de l’œuvre de la santé et de la protection sociale, sans oublier les secteurs de l’éducation, de la route, de la protection de l’environnement, des énergies et de l’amélioration du cadre des affaires.

Pour répondre à l’opposition, qui, selon Ali Bongo, prône la violence en invitant les Gabonais à la haine ethnique, le chef de l’Etat a adressé un message clair : « Je ne vais pas laisser notre pays entre les mains de ceux qui, après avoir été aux affaires et s’être illustrés par la trahison, la manipulation, l’enrichissement personnel, l’intolérance et le mépris des populations, veulent aujourd’hui casser et détruire le Gabon », a martelé le président de la République.

Manifestation de l’opposition réprimée

A savoir, le grand meeting populaire annoncé par André Mba Obame, l’opposant à la politique d’Ali Bongo, et une partie de la société civile pour ce mercredi 15 août au quartier Cocotiers, dans le 2e arrondissement de Libreville, n’a pas eu lieu. Les manifestants ont été dispersés à coups de matraques et de gaz lacrymogène par les forces de l’ordre.

Festivités

Rappelons qu’il y a eu un important défilé des forces de défense à la place de l’indépendance du boulevard de bord de mer ce vendredi 17 aout, sous une fine pluie, suivi de décorations. La veille, la parade culturelle a été organisée sur l’esplanade du palais du sénat. Elle a permis aux groupes culturels d’étaler leur savoir-faire devant les hautes personnalités de l’Etat et le public.

Les festivités marquant cette 52e édition de la fête de l’indépendance ont pris fin ce samedi, avec l’organisation d’un concert à Gabon Expo, où Patience Dabany et d’autres artistes locaux se sont produits.

Lire aussi :

 Gabon : Ali Bongo durcit le ton contre l’opposition

 Gabon : matraques et gaz lacrymogène pour disperser les manifestants

 Gabon : « AMO », de retour au pays après plusieurs mois d’exil