Le football nigérian dans la mousse

La Fédération nigériane de football est obligée de trouver une nouvelle source de financement. Son projet de parrainage du championnat national par une brasserie, d’une valeur de plusieurs millions de dollars, a échoué à cause l’application de la charia dans les Etats du Nord.

C’était bouclé, il ne manquait que la signature. Mais le parrainage du championnat national nigérian de football par une brasserie est rendu impossible par l’application de la loi islamique dans les Etats du Nord, révèle l’AFP. Conséquence : la Fédération nigériane de football (NFA) est obligée de trouver ailleurs les millions de dollars promis par la brasserie.  » Le parrainage par une brasserie est contraire à ma religion. Ce n’est même pas quelque chose dont la NFA peut délibérer « , a affirmé un responsable du club de Kano Pillars, au nord du pays. L’islam interdit la consommation d’alcool et de viande porcine. Par souci d’apaisement, les responsables fédéraux d’Abuja ont décidé d’annuler tout simplement le parrainage  » éthylique « .

Un foot non mousseux

La NFA a repris son bâton de pèlerin pour trouver d’autres sponsors. Cela risque d’être moins facile que les dirigeants de la Fédération le laissent supposer. Le football nigérian traverse une grave crise de maturité, il est en plein doute. Après les débâcles successives de la Coupe d’Afrique des nations et de la Coupe du monde, le milieu du ballon rond nigérian est en pleine tourmente. Une crise aggravée par les revendication salariales des internationaux. La NFA a toujours cédé aux exigences financières des Super Eagles. Elle semble pour le moment à court de trésorerie pour lancer le championnat national. La pression des islamistes ne peut que lui compliquer la tâche.

Douze Etats du nord du Nigeria ont, depuis le retour d’un régime civil en 1999, remis en vigueur la Charia qui interdit la vente et la consommation d’alcool, punit sévèrement l’adultère et le vol, et prohibe la mixité dans les écoles et les transports publics. C’est la première fois qu’une discipline sportive est concernée par la charia.