Le Fonds mondial veut investir 14 milliards de dollars pour lutter contre le VIH, la tuberculose et le paludisme

Le Fonds mondial s’est associé aux appels lancés par les dirigeants africains pour davantage d’investissements dans la santé lors d’une conférence qui s’est engagée à soutenir le développement social et économique en mettant fin aux épidémies et en renforçant les systèmes de santé. Les partenaires ont promis de collecter 14 milliards de dollars lors des trois prochaines années afin de sauver 16 millions de vies, de réduire de moitié le taux de mortalité due au VIH, à la tuberculose et au paludisme et de renforcer les systèmes de santé.

Le président rwandais, Paul Kagame, président de l’Union africaine, a souligné l’importance des dépenses intérieures dans le secteur de la santé pour atteindre les objectifs nationaux, soutenues par les gouvernements et le secteur privé.

Le Président éthiopien Sahle-Work Zewde, appelant la santé comme un droit humain fondamental, a exprimé son soutien aux investissements ciblés dans la santé qui donnent la priorité aux services destinés aux femmes et aux enfants et soutiennent le développement national. Elle et d’autres ont évoqué la dure réalité que l’Afrique représente 24% du fardeau mondial de la maladie et seulement 1% des dépenses totales en santé.

Lors de la conférence, de nombreux dirigeants ont appelé à davantage de contributions à la reconstitution du Fonds mondial en 2019, notamment le président kényan, Uhuru Kenyatta, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, le Premier ministre norvégien, Erna Solberg, le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreesusus. et Bill Gates, coprésident de la Fondation Bill & Melinda Gates.

Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial, a exprimé ses remerciements et sa solidarité avec l’engagement de l’Afrique d’investir dans la santé et de faire des efforts considérables pour mettre fin aux épidémies de sida, de tuberculose et de paludisme. Ce n’est qu’en augmentant considérablement les investissements nationaux dans la santé, at-on dit, que les efforts mondiaux parviendront à atteindre les objectifs de développement durable.

« Nous devons intensifier la lutte maintenant« , a déclaré Sands, s’exprimant lors de la réunion des dirigeants africains: investir dans la santé, qui avait été convoquée avant le 32ème sommet de l’Union africaine. « En collaborant avec les gouvernements, la société civile et les communautés, ainsi que le secteur privé, nous pouvons sauver des vies et surmonter les problèmes de santé urgents. »

Près de 1 000 adolescentes et jeunes femmes sont infectées par le VIH chaque jour. Un enfant meurt encore toutes les deux minutes du paludisme. La tuberculose est maintenant la principale cause de mortalité parmi les maladies infectieuses au monde.

Pour la sixième reconstitution du Fonds mondial, les partenaires ont promis une action collective pour collecter au moins 14 milliards de dollars pour les trois prochaines années afin de sauver 16 millions de vies, de réduire de moitié le taux de mortalité due au VIH, à la tuberculose et au paludisme et de renforcer les systèmes de santé d’ici 2023.

« La bonne santé est au centre de notre vision d’un avenir plus durable, inclusif, pacifique et prospère« , a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, M. Guterres. « C’est à la fois un résultat et un moteur de progrès. »

Amira Mohammed Elfadil, commissaire aux affaires sociales de la Commission de l’Union africaine, et Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, ont présidé la réunion des dirigeants africains, à laquelle ont également assisté d’autres dirigeants de gouvernements, du secteur privé et de nombreuses organisations.

La réunion s’est terminée le 9 février par un appel à l’action visant à accroître les investissements nationaux dans la santé exprimés en pourcentage du produit intérieur brut dans chaque pays. Il a appelé les gouvernements, le secteur privé et la communauté internationale du développement à coordonner et accélérer les progrès en vue de la couverture sanitaire universelle.