Le FMI et la Banque mondiale à Bamako

Réunion au sommet à Bamako entre les bailleurs de fonds, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, et les chefs d’Etat africains. Menu : dette, croissance, pauvreté et Sida. Tout un programme !

Horst Kohler, directeur général du FMI, et James Wolfensohn, président de la Banque mondiale, en tournée africaine, sont arrivés dimanche après-midi dans la capitale malienne et ont entamé les discussions avec plus d’une dizaine de chefs d’Etats d’Afrique de l’ouest et du centre. Le chef de l’Etat malien Alpha Oumar Konaré, président en exercice de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), est l’hôte de ces discussions, qui auront lieu au palais des congrès de Bamako. Au programme : soutenir la croissance, investissements étrangers, stabilité économique et politique, ainsi que Sida.

Les présidents présents sont Ahmad Tejan Kabbah (Sierra Leone), qui devait arriver dès dimanche, Paul Biya (Cameroun), Omar Bongo (Gabon), Blaise Compaore (Burkina Faso), Abdoulaye Wade (Sénégal), John Kufuor (Ghana), Mamadou Tandja (Niger), Antonio Mascarenhas Monteiro (Cap Vert). Le président de Madagascar, Didier Ratsiraka, devrait également se joindre à la rencontre.

Millenium africa contre Omega

Après ces discussions régionales, Kohler et Wolfensohn rencontreront ce mardi après-midi les présidents sud-africain Thabo Mbeki, algérien Abdelaziz Bouteflika et nigérian Olusegun Obasanjo, qui ont mis au point un  » Programme de renaissance de l’Afrique pour le millénaire  » (Millenium Africa Renaissance Program).

Présenté le mois dernier au Forum économique mondial de Davos, ce programme a également pour objectif de sortir le continent du marasme. Selon Thabo Mbeki, il doit s’agir d’un « partenariat mondial pour le développement de l’Afrique et son intégration dans le monde », associant les pays développés, les institutions multilatérales et le secteur privé. A Bamako, le président sénégalais, Abdoulaye Wade, présentera son plan  » Oméga  » qui constate l’échec de l’option « de l’aide et de l’endettement » et préconise un accroissement des investissements en Afrique.

Une rencontre similaire à celle de Bamako est prévue les 23 et 24 février à Dar es Salaam, en Tanzanie, avec des chefs d’Etat d’Afrique orientale et australe.