Le duel Lagat-El Guerrouj a commencé

Le Marocain Hicham El Guerrouj et le Kenyan Bernard Lagat multiplient les exploits avant de se rencontrer le week-end prochain à Paris pour un duel au sommet. Les deux adversaires s’observent à distance. A la victoire éclatante du premier à Oslo, le second répond du tac au tac à Lausanne.

Le Bernard Lagat nouveau est arrivé. Il entend dévisser l’indétrônable Hicham El Guerrouj. A trois jours du meeting Gaz de France à Saint-Denis, le Kenyan affiche déjà ses ambitions : il ne sera plus l’éternel second. Un record du monde n’est pas à exclure, les deux adversaires en ont les moyens. Après Oslo et Sheffield qui ont vu le Marocain asseoir outrageusement sa domination, reléguant ses adversaires à plus de 15 mètres, c’est au tour de Lausanne, mardi dernier, de voir le Kenyan sortir brillamment son savoir-faire. Bernard Lagat a dominé de bout en bout la course. Il s’est même permis -technique très rare dans le 1 500 mètres – d’attaquer dès le premier tour.

Bataille à distance

Le peloton a vu le Kenyan et son compatriote William Chirchir prendre de la distance très vite, tuant la course dès les premiers mètres. A l’arrivée, Bernard Lagat affichait un sourire carnassier. Il vient de rafler le titre et d’établir au passage la meilleure performance de l’année (3′ 32 » 24). Encore un signe en direction de Hicham. Peu essoufflé, le Kenyan avertit que la course de Paris sera très rapide. Comme pour dire que Lausanne n’est qu’un apéritif et qu’il ne s’est pas donné à fond. Arrivé troisième, le Français Driss Mazouzi ne se trompe pas en disant qu’il y aura du monde vendredi à Saint-Denis sur la distance. Tous les spécialistes du 1 500 mètres seront au rendez-vous parisien.

Très peu loquace sur les performances de son adversaire, le Marocain Hicham El Guerrouj semble serein. Il a tourné pour l’instant la page du 5 000 mètres. Il est revenu à ses distances fétiches, le mile et le 1 500 mètres, et attend impatiemment son duel avec Bernard Lagat. Rendez-vous est pris pour vendredi prochain.

Lire aussi :

Oslo et Sheffield sourient à l’Afrique.

Bernard Lagat se voit en haut du podium.