Bernard Lagat se voit en haut du podium

Bernard Lagat veut sortir de l’ombre du Marocain Hicham El Guerrouj. Eternel second, le Kenyan se dit prêt à battre le record du monde le 5 juillet prochain à Paris. Et occuper enfin le haut du podium.

Le scénario est désespérément rodé. A chaque arrivée du 1 500 mètres, on voit Hichem El Guerrouj lever son bras en signe de victoire, poursuivi immanquablement de quelques centièmes de secondes par Bernard Lagat. Les courses se suivent et se ressemblent depuis quelques années. Le roi est toujours premier – à l’exception de Sydney où un autre Kenyan, Noah Ngeny, a réussi l’exploit de lui rafler la médaille d’or- et le prince attaché à son short. Mais l’éternel second se rebelle. Il entend devenir roi le 5 juillet prochain à Paris lors de la réunion d’athlétisme de Paris/Saint-Denis, seconde des sept épreuves de la Golden League. Le prince a la rage de changer son statut.  » L’an passé, tout le monde s’attendait à ce que je termine toujours deuxième, derrière El Guerrouj. Moi-même j’ai fini par m’en persuader. Cette saison, ça va être différent « , a promis Bernard Lagat à l’Afp.

A la place du calife

La compétition des deux spécialistes les plus en vue du moment sera très intéressante. Le Kenyan a décidé non seulement de détrôner Hicham El Guerrouj mais aussi de battre le record du monde. Cette année, Bernard Lagat s’est rapproché des 3′ 36 » établies par le Marocain en 1998 à Rome sans pour autant donner l’impression de pouvoir remettre en cause le leadership du triple recordman du monde du demi-fond.  » Mon nouveau programme d’entraînement devrait me permettre de rivaliser avec El Guerrouj. Désormais, je suis mentalement prêt à l’affronter « , se rassure le Kenyan, dimanche à Paris, avant de s’envoler aux Etats-Unis pour préparer son défi.

Les deux hommes se sont rencontrés cette année aux Etats-Unis, le 27 mai dernier, dans l’épreuve du mile. C’est Hicham El Guerrouj qui s’est encore imposé. Bernard Lagat a fini troisième derrière le Canadien Kevin Sullivan. Rendez-vous le 5 juillet à Paris.