Le cyclone Gamède poursuit sa route destructrice vers Madagascar

L’alerte rouge a été levée, lundi, à 6 heures du matin, sur l’île de La Réunion. Le cyclone Gamède n’y a pas été meurtrier, cependant il y a causé des dégâts matériels importants. Des centaines de milliers de familles sont privées d’eau et d’électricité. L’ouragan, de plus en plus puissant, poursuit sa route vers Madagascar.

Dimanche soir, après s’être éloigné de l’île de la Réunion, le cyclone faisait du surplace à quelque 320 Km au Nord-ouest de l’île. Il se dirige aujourd’hui vers Madagascar. Selon le bulletin météorologique, Gamède se trouvait, dimanche, à 490 Km au nord-est de Toamasina sur la côte est de l’île. L’Express de Madagascar rapporte, ce lundi, que des avis d’avertissement et d’alerte ont été déclenchés. Les pêcheurs sont interdits de sortir en mer et déjà des moyens de communication sont endommagés à cause des rafales de vent de 210 Km/h. Il devrait frapper la Grande Île dans un ou deux jours, d’après le blog consacré à Madagascar. Le peuple malgache se prépare d’ores et déjà à vivre des moments très difficiles. Selon Jacky Rolland Randimbiarison, secrétaire exécutif du bureau national de la gestion des risques et catastrophes, une grande mobilisation a été menée pour prévenir le pire.

Après avoir menacé l’île Maurice pendant 36 heures, puis fait 2 morts, samedi, lors de son passage à 260Km de l’île, le cyclone Gamède a fait 9 blessés et des dégâts matériels considérables à La Réunion. L’alerte rouge a été levée lundi à 6 heures du matin, heure locale. La population est de nouveau autorisée à circuler. Cependant la préfecture conseille de ne le faire qu’en cas de nécessité absolue car les routes restent dangereuses à cause des pluies torrentielles. Les routes non inondées sont encombrées de branches, de coulées de boue et même de câbles électriques « avec étincelles », selon une habitante de Sainte-Clotilde. Tous les établissements scolaires restent fermés.

La Réunion est paralysée et a subi des dégâts matériels graves

Le cyclone tropical Gamède a produit des rafales de vent de 205 Km /h dans la nuit de samedi à dimanche. Les communes de Cilaos et de Salazie, situées sur les hauteurs de l’est et du sud, sont coupées du reste de l’île en raison d’éboulis sur les voies d’accès. 100.000 abonnés EDF sont toujours privés d’électricité, 100.000 le sont d’eau et 40.000 de téléphone. Les établissements scolaires, les centres de formation et les universités restent fermés. Les réseaux téléphoniques Orange et SFR sont détériorés. Les cultures ont également souffert.

L’ensemble de l’île reste paralysé. Dans le sud, le pont de la rivière Saint-Etienne à Saint-Louis, où 50.000 véhicules circulaient chaque jour, et qui est essentiel pour les liaisons routières à l’intérieur de l’île, s’est effondré à la suite des crues provoquées par les précipitations. Face à cette situation de crise, le maire de Saint-Louis réclame « un approvisionnement du sud par voie aérienne ou cabotage maritime ».

La Direction départementale de l’Equipement doit expertiser un autre pont en aval, qui menace de céder, avant d’envisager sa réouverture totale à la circulation. En attendant, les automobilistes doivent faire un tour complet de l’île pour passer de Saint-Louis à la commune voisine de Saint-Pierre !