Le conflit sud-soudanais a atteint une ampleur « terrifiante », selon MSF


Lecture 2 min.
arton41406

La violence au Soudan du Sud a atteint un niveau « terrifiant », selon Médecins sans frontières. L’organisation s’inquiète de l’échelle et l’ampleur des violences.

La violence a atteint une ampleur « terrifiante » jamais vue depuis des décennies au Soudan du Sud, selon Médecins sans frontières (MSF). La guerre civile s’est exportée à l’intérieur des hôpitaux où des patients seraient exécutés, selon l’organisation. « Le conflit a, à certains moments, vu des niveaux terrifiants de violence, notamment contre les infrastructures de santé », a déclaré Raphael Gorgeu, chef de mission pour l’ONG dans le pays.

« Des patients ont été tués dans leur lit et des unités de secours médical ont été entièrement détruites par les flammes. Ces attaques ont des conséquences considérables pour des centaines de milliers de personnes qui se trouvent coupées de tous services médicaux », a indiqué mardi MSF dans un rapport.

Durant ces derniers mois, au moins 58 personnes ont été tuées dans l’enceinte de quatre hôpitaux, rapporte MSF. « Les violences perpétrées contre les blessés et les malades, contre ceux qui cherchent un refuge dans les hôpitaux et contre les infrastructures médicales elles-mêmes, ne sont pas seulement des violations des lois internationales et des principes humanitaires, mais un affront à la dignité humaine », a affirmé l’organisation.

Une situation grave et inédite

La situation n’a jamais été aussi délétère, même durant les deux décennies de guerre qui ont conduit à l’indépendance du Soudan du Sud, en 2011.

« A travers ses 30 ans de présence dans le pays, MSF (…) a assisté de façon répétée à des violences contre les personnels, les patients, les véhicules et les infrastructures sanitaires », mais « ce qui est particulièrement alarmant dans le conflit actuel, ce sont l’échelle et l’ampleur des violences », a insisté l’ONG.

Depuis le début du conflit, qui a éclaté en décembre dernier entre les forces du Président Salva Kiir et celles de son opposant l’ancien Vice président Riek machar, des milliers, voire des dizaines de milliers de personnes, ont été tuées et plus d’1,5 million de personnes ont été déplacées.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter