Le chocolat pourrait coûter plus cher à Noël


Lecture 2 min.
arton33536

En raison des mauvaises conditions météorologiques en Afrique de l’Ouest, où il a fait très chaud en Côte d’Ivoire notamment, le cours de la fève a fortement augmenté ces derniers temps. Une évolution qui a des conséquences directes sur les prix du chocolat, qui pourrait coûter plus cher durant les fêtes de fin d’année.

On en raffole tous. Le chocolat est, comme le dit l’adage, une institution lors des fêtes de fin d’année : Noël ou la Saint Sylvestre. Mais cette année, il pourrait bien être plus coûteux, notamment à cause de la mauvaise météo en Côte d’Ivoire et au Ghana pays de l’Afrique de l’Ouest, selon Le Figaro. Le cours de la fève en effet a fortement augmenté dernièrement. Et le mauvais climat en Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de la fève, où il a fait très chaud en juillet et août, n’y est pas pour rien.

Pour Benjamin Louvet, gérant chez l’entreprise Prim’Finance, « la météo est le principal facteur d’explication. Il a fait très chaud en Côte d’Ivoire en juillet et au mois d’août, le pays n’a enregistré que la moitié des précipitations habituelles ». Ces tracas liés au climat ont mis à mal les plans à un moment incontournable de leur développement. La récolte ne devrait donc pas se dérouler comme prévue cette année, alors qu’elle doit normalement débuter en octobre. Elle devrait également afficher une baisse de 10 à 15% dans le pays.

Prévision de récoltes en baisse

Les récoltes s’annoncent aussi plus faibles que prévues chez son voisin le Ghana, deuxième fournisseur mondial, car le « gouvernement a réduit les subventions sur les engrais accordées aux agriculteurs. Résultat, la taille des récoltes va baisser », explique Benjamin Louvet, qui s’est confié au Figaro. L’Organisation internationale du cacao (ICCO) prévoit elle une baisse mondiale des récoltes de 3,98 millions de tonnes.

Il n’y a toutefois pas de raison de s’alarmer non plus. Selon ICCO, les stocks estimés à 1,98 million de tonnes, représentant près de 45% de la consommation mondiale, sont toujours importants. Ces stocks, selon Prim’Finance, devraient permettre de faire face à la situation actuelle. Donc pas de panique, les amateurs de chocolat pourront se régaler lors des fêtes de fin d’année, surtout dans les pays occidentaux, premiers consommateurs dans le monde. Toutefois avec modération.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter