Le chef de la diplomatie russe en visite en Afrique du Sud

Sergueï Lavrov, diplomate russe
Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, est arrivé, ce lundi, en Afrique du Sud. Six mois seulement après son précédent voyage en terre africaine.

Il était attendu à Pretoria, ce lundi, où il devait rencontrer son homologue sud-africaine, Naledi Pandor. Sergueï Lavrov a effectivement foulé le sol sud-africain où il a été accueilli par la ministre sud-africaine des Affaires étrangères.

La nécessité de renforcer les liens

Deux pays partenaires de vieille date qui se retrouvent pour resserrer davantage leurs liens. Et ceci, dans un contexte où la Russie a plus que jamais besoin du soutien de ses alliés. Ce soutien, la Nation Arc-en-ciel ne la lui marchande guère. Les pressions occidentales pour l’amener à condamner la Russie n’ont en rien infléchi la position de l’Afrique du Sud. Elle a gardé sa neutralité dans le conflit russo-ukrainien. Cette position compte aux yeux des dirigeants russes. En août dernier, ils avaient qualifié la position de leur alliée de « responsable ».

L’Afrique du Sud voit en la Russie un important partenaire avec qui elle doit renforcer les liens de coopération. C’est ce qui ressort clairement des propos tenus, ce lundi, par Naledi Pandor. « Nos pays partagent une relation économique bilatérale croissante, tant en termes de commerce que d’investissements. Cependant, je suis d’avis que nos deux pays peuvent et doivent faire davantage pour développer et capitaliser sur les opportunités d’accroître notre coopération dans la sphère économique », a-t-elle déclaré.

Cyril Ramaphosa, Président en exercice des BRICS

Par ailleurs, l’Afrique du Sud assume pleinement son rôle de pays à la tête de la présidence tournante des BRICS. Position qu’elle a acquise en ce début d’année. On comprend alors que le multilatéralisme au cœur même de l’existence de ce groupe de pays soit l’un des maîtres-mots utilisés par Naledi Pandor devant son hôte, ce lundi. « Pour nous, le multilatéralisme est au cœur des plus grandes questions auxquelles le monde est confronté aujourd’hui. Davantage d’efforts devraient être consacrés à la promotion de la paix et de la sécurité, du commerce équitable et des droits de l’homme, à l’éradication de la faim, à la prévention des épidémies, à la lutte contre le changement climatique et à la protection de l’environnement. Toutes ces questions requièrent une coopération mondiale, car elles dépassent le cadre des pays et des cultures individuelles », a martelé la diplomate sud-africaine.

L’Afrique du Sud s’apprête à accueillir des exercices maritimes conjoints avec les marins chinois et russes. Ces exercices se dérouleront pendant 10 jours en février au large des côtes sud-africaines. En août, le pays accueillera la Chine, la Russie, le Brésil et l’Inde dans le cadre du sommet des BRICS. Dans tous les cas, la visite de Sergueï Lavrov en Afrique du Sud participe de la politique globale de renforcement des attaches de la Russie en Afrique. Au moment où d’anciennes métropoles comme la France sont en plein recul.