Le chant des armes

Les enfants et leurs instruments de musique

Transformer des armes en instruments de musique : un recyclage astucieux et utile des enfants de la guerre au Congo. Parrainée par l’association Convention de la jeunesse pour la consolidation de la paix, leur action est un symbole d’espoir et d’optimisme.

Obus, douilles et roquettes : les enfants de la guerre font chanter les armes au Congo. Recyclant les sombres vestiges de conflits sanglants pour en faire des instruments de musique, ils exorcisent astucieusement les démons du passé. Suivis par l’association Convention de la Jeunesse pour la consolidation de la paix (CJCP), ils se produisent là où ils peuvent pour jouer et chanter la vie et l’espoir.

C’est par hasard que Keta Rogatien, secrétaire de l’association, découvre ces petits musiciens de fortune dans des villages de la région sensible et meurtrie du Pool (autour de Brazzaville). Ils sont âgés entre 8 et 15 ans et ont déserté depuis longtemps les bancs de l’école. Beaucoup sont orphelins. Pour eux, le fait de récupérer les munitions vides pour en faire des instruments de musique n’a rien de révolutionnaire. Système « D » naturel, ils utilisent ce qu’ils ont sous la main pour confectionner qui un tam-tam, qui un lokelé (instrument en forme de pirogue sur lequel on tape avec des baguettes), qui un balafon ou encore des instruments à vent.

Planche de salut

Mais Keta Rogatien reste ébahi par tant d’ingéniosité et par la portée du symbole. Il se fait l’ambassadeur des enfants auprès des membres de son association pour qu’ils puissent les encadrer. Ils ne furent pas bien difficiles à convaincre. Un parrainage qu’ils veulent constructif. Alors, chaque semaine, ils leur font suivre des cours de musique et les aident à se produire en ville, essentiellement sur les marchés. Musique et chant : le cocktail fonctionne plutôt bien et émeut plus d’un Brazzavillois, qui n’hésite pas à leur donner une petite pièce.

Toutefois la générosité populaire ne suffit pas. La CJCP manque cruellement de ressources. Les cotisations des adhérents – d’un euro à cinq euros par mois – n’offrent aucune réelle visibilité à l’association pour développer l’initiative. Toujours est-il qu’elle envisage, courant 2004, de mettre sur pied des expositions et de monter des spectacles dans les écoles et les casernes. Un exemple qui montre que la voie des armes n’est pas toujours celle que l’on croit.

Pour contacter la CJCP

 Lire aussi L’art de la guerre