Le centenaire le plus rapide du monde est sud-africain

Le Sud-africain Philip Rabinowitz est devenu, samedi au Cap, le centenaire le plus rapide de la planète sur 100 m en améliorant le record du monde de la catégorie de 5,33 secondes. Avec un chrono de 30,86 s, il est entré dans le Livre des records, mais ne compte pas s’arrêter là.

30 secondes et 86 centièmes. Le nouveau record du monde du 100 mètres est détenu par le Sud-africain Philip Rabinowitz. Une performance qui pourrait paraître risible au regard des 9,78 s de l’Américain Tim Montgomery seulement voilà notre dit sprinter… a 100 ans. Le sémillant centenaire a pulvérisé de près de six secondes, ce week-end, au Cap, l’ancien chrono détenu par l’Australien Erwin Jaskulski. Il s’impose désormais comme le chef de file du très select club international des sprinters centenaires.

Bondissant hors des starting-blocks, c’est devant près de 50 personnes que « Flying Phil » a avalé les 100 mètres de la piste du Green Point Stadium. « Je me sens merveilleusement bien », a commenté le vieil athlète à l’issue de sa course. « Je ne sais pas combien de temps le record va rester », a-t-il poursuivi avant d’annoncer que son prochain objectif était d’améliorer sa propre performance.

28,7 non homologué

La marge de progression de Philip Rabinowitz reste impressionnante, comme en témoigne son chrono non homologué voici dix jours, de 28,7s. Une panne de courrant intempestive était venue gâcher son triomphe en bloquant l’horloge officielle. Pourquoi une telle chasse au record ? Il avoue faire tout ça « avant que son heure ne vienne ». Faim de vie pour fin de vie. Son secret réside, selon lui dans la modération dans tout – que se soit le sommeil ou la nourriture – et surtout dans le fait de ne pas rester inactif. « Je n’ai pas envie de m’asseoir là et de ne rien faire », a-t-il confié à la BBC.

Né en Lituanie en 1904, il a 21 ans quand il s’installe en Afrique du Sud. Depuis, il n’a jamais cessé de travailler. Il se rend toujours cinq fois par semaine dans l’usine d’aliment pour chien de sa fille pour y faire la comptabilité. Et garde la forme en effectuant chaque jour cinq à six kilomètres de marche. Dix à douze le week-end. Emblème de l’esprit sportif sud-africain, il a eu le privilège de porter la flamme olympique en juin dernier lorsqu’elle est passée au Cap. Devenu personnage médiatique, il a été invité aux Olympiades senior à Hawaï en novembre ainsi qu’à une marche de 14 km sur plage à Sydney (Australie) en septembre prochain. Beaucoup donneraient cher pour être comme lui à son âge.