Le cedi est mort, vive le Ghana cedi !

Les Ghanéens semblent bien s’habituer au Ghana cedi, la nouvelle monnaie émise début juillet. La campagne intensive d’information de la banque centrale y est pour beaucoup. Cependant, la menace de la fraude rôde.

Fini les sacs de billets pour faire ses achats ou des transactions commerciales. Les Ghanéens apprécient le confort que leur offre depuis le 3 juillet la nouvelle monnaie. Composée de billets (les Ghana cedi) et de pièces (les Ghana Pesewa), elle comporte quatre zéros de moins que la précédente. Ainsi, 10 000 cedis valent un Ghana cedi et 100 cedis valent une pièce de Ghana pesewa, ce qui permet au pays ouest-africain de ne plus posséder l’une des monnaies les plus faibles d’Afrique.

Prix ancien et prix nouveau

Pour faciliter la réévaluation, la troisième dans l’histoire du Ghana, la banque centrale du pays a mené une vaste campagne d’information. Les medias ont diffusé des messages d’information en langue locale et nationale. Dans les églises, les villages, les villes et leurs alentours, les habitants étaient sensibilisés et pouvaient poser les questions qu’ils se posaient.

L’inquiétude la plus récurrente semblait celle de perdre du pouvoir d’achat. Le Ghanaian Chronicle expliquait par ailleurs, au lendemain du lancement du Ghana cedi, que des commerçants peu instruits craignaient de se faire arnaquer par des individus peu scrupuleux. Ils avaient en conséquence décidé de fermer leur échoppe jusqu’à ce qu’ils comprennent en quoi consiste précisément la conversion.

La population serait maintenant rassurée. Pour faciliter la transition, les magasins ont d’ailleurs pris des dispositions. « Ils affichent les prix avec la nouvelle monnaie et l’équivalent dans l’ancienne monnaie. Cela aide les gens », indique Isaac Yanney, un haut responsable du Ghana Trade Union Congress (Congrès des syndicats du Ghana).

Fausses coupures

Ombre au tableau : la circulation de faux billets. Avant même l’apparition des nouvelles, la rumeur courait que des coupures falsifiées avaient été introduites sur le marché fiduciaire. Le journal ghanéen Sunday World confirmait à la mi-juillet avoir vu des billets suspects dans une station service. Billets dont la Prudential Bank de Kanda a plus tard confirmé la falsification.

« Le week-end dernier, un étudiant voulait acheter quelque chose à un jeune garçon. Comme celui-ci n’avait pas la monnaie, il est parti voir une femme du marché, qui a vu que le billet était faux. Elle a donné l’alerte et l’étudiant a été arrêté avec ses complices », ajoute Isaac Yanney. Les Ghanéens doivent se montrer vigilants. Leur tâche pourrait être facilitée par la qualité grossière des imitations.

Alors que la monnaie n’a qu’un mois d’existence, certains estiment que le gouvernement doit aussi s’attacher à pérenniser les systèmes de paiements électroniques. Selon certains hommes d’affaires, cela réduira le temps des transactions et accélèrera donc la productivité… En attendant, les cedis vivent leurs derniers jours. La monnaie ne sera plus valable d’ici la fin de l’année 2007.