Le Cap-Vert assure des antirétroviraux aux mineurs infectés du sida

Le Cap-Vert est un des sept pays, sur un total de 158, qui assure le traitement à base d’antirétroviraux à plus de 20% des moins de 15 ans infectés par le VIH/SIDA, révèle un rapport du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) publié mercredi.

Selon le rapport de l’UNICEF, le Cap-Vert avait garanti en 2005 le traitement à base d’antirétroviraux à près de la moitié (47%) des enfants infectés par VIH dans l’archipel. Dans ce domaine, l’archipel est très en avance par rapport aux autres pays africains de langue officielle portugaise dont les statistiques sont disponibles – Angola et Mozambique – qui n’ont traité que 3% des malades, et d’autres pays africains tels que le Gabon (19%), l’Afrique du Sud (18%), la Zambie (13%) et le Kenya (11%).

Le groupe des sept pays relevé dans le rapport de l’UNICEF comprend, en plus du Cap-Vert, la Thaïlande, qui traite 95% des enfants, le Botswana (84%), la Namibie (52%), la Jamaïque (47%), la République Dominicaine (23%) et le Rwanda (20%).

Le traitement des enfants s’améliore dans le monde

En 2005, 780.000 enfants avaient besoin d’antirétroviraux, mais seulement un sur 10 avaient accès à ces médicaments, alors que le coût de ce traitement est de 12 centimes d’euro par jour. L’an dernier, il y a eu une baisse significative du prix des anti- rétroviraux grâce à l’initiative de la Fondation de l’ex-président américain Bill Clinton qui avait réussi à négocier un coût pour le traitement à base d’antirétroviraux pédiatriques de 16 centimes de dollar US par jour, soit 60 dollars US par an.

Un an après le lancement de l’initiative « Unis pour les enfants, Unis contre le SIDA », le projet qui regroupe l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Agence de l’ONU contre le Sida (ONUSIDA), le rapport indique qu’ il existe plus de 2,3 millions d’enfants infectés par le VIH dans le monde. Les trois organismes affirment, toutefois, que la situation « commence à changer de manière positive », car « un nombre croissant d’enfants infectés par le VIH est entrain de bénéficier du traitement » et, dans certains pays, l’accès au traitement antirétroviral pour empêcher la transmission de la mère à l’enfant « augmente considérablement ».

L’objectif de l’initiative est d’arriver à ce que d’ici à 2010, 80% des enfants nécessitant des antirétroviraux aient accès à ce traitement, sinon la moitié d’entre eux mouront avant d’atteindre les l’âge de deux ans.