Le Candide d’Emmanuel Dongala

« Les petits garçons naissent aussi des étoiles » d’Emmanuel Dongala, explore l’enfance de Matapari et son pays, le Congo, malade du communisme. Un conte moderne et acerbe.

« J’ai failli ne pas être né. » C’est ainsi que Matapari commence à raconter son histoire. Le 15 août 1980, date du vingtième anniversaire de l’indépendance du Congo, Matapari sort du ventre de sa mère… deux jours après que ses frères jumeaux en soient sortis ! C’est à travers les yeux neufs et naïfs du petit Matapari qu’Emmanuel Dongala a choisi de dénoncer le communisme effréné dont a été victime le Congo dans les années 80. « On mit une étoile, une houe et un marteau au drapeau qui vira à l’écarlate, on ajouta « populaire » à tous les organes de l’Etat y compris à la bibliothèque nationale », écrit-il.

Pour mieux faire comprendre l’absurdité des rouages communistes du pays, Dongala dresse le portrait de l’oncle Boula-Boula : on assiste à son ascension fulgurante et à sa chute non moins fulgurante au sein de l’administration du Parti.  » Docteur en agitation et propagande « , tel est son titre ronflant, jusqu’à ce qu’il soit déclaré traître et traîné devant le tribunal qui n’a de populaire que le nom. Son procès est une formidable mascarade et une scène de genre dans laquelle excelle Dongala. A la fois juge et partie, il nous fait vivre des saynètes criantes de vérité et de surréalisme.  » Telle était à l’époque la puissance du Parti unique : il voyait tout, il contrôlait tout, il avait toujours raison même quand il avait tort.  »

Bouffées d’oxygène

Le petit Matapari trouve ses bouffées d’oxygène auprès de son père, instituteur humaniste et résigné, plus préoccupé par les découvertes scientifiques que par les tractations politiciennes du Parti au pouvoir, et aux côtés de son grand-père, qui lui distille sa sagesse :  » L’univers s’avance masqué et les hommes, après avoir mangé, dansé et fait l’amour, passent le reste de leur temps à essayer de déchiffrer ce qui se cache derrière l’apparence des choses. C’est pourquoi ils écrivent des livres et ceux qui ne savent pas écrire interrogent les forêts, écoutent les animaux, creusent la terre ou regardent les étoiles. Sache lire mon enfant, sache lire et les livres des hommes et le livre de l’univers.  »

 » Les petits garçons naissent aussi des étoiles  » ( éditions du Serpent à plumes), qui a reçu le Prix RFI-Témoin du monde en 1998, est une fable amère, lucide et drôle portée par l’écriture chaloupée et inimitable d’Emmanuel Dongala. Du plaisir brut.

Commander le livre

Lire aussi :

 Jazz et vin de palme

 Johnny Chien méchant