Le café dope l’Ouganda

Les bonnes récoltes de café en Ouganda et l’augmentation des prix pourraient redonner aux agriculteurs du pays le goût de cultiver le café. C’est ce qu’espère l’Office de développement du café ougandais qui sort un rapport optimiste.

Le prix du café a augmenté. Il est passé de 32 cents américains le kilo en mai à 44 cents en juin 2002. Cela va peut-être suffire à redonner confiance aux agriculteurs ougandais qui s’étaient quelque peu détournés de la culture du café, au profit de cultures plus rentables.

Non seulement, redonner confiance mais aussi attirer de nouveaux fermiers. La conjoncture semble en effet favorable. Dans son dernier rapport, l’Office de développement du café ougandais (UCDA), note que les exportations de café d’Ouganda de juin dépassent les 22,18 tonnes (d’une valeur de 9,68 millions de dollars), contre 16,16 tonnes vendues à 8,73 millions de dollars à la même époque l’année dernière. Ce qui laisse espérer que le pays pourra atteindre son objectif de vendre 198 000 tonnes en 2002 sur le marché international.

80% de l’emploi

Cette hausse des exportations est due, selon l’UCDA, aux bonnes récoltes qu’ont connu les régions Sud et Sud-Ouest du pays. L’agriculture représente environ 42% du Produit intérieur brut (PIB) de l’Ouganda et 80% de l’emploi. C’est le café qui domine le secteur agricole, suivi par le coton, et cette culture influe fortement sur le niveau de vie d’une grande partie de la population. Le café est aussi le principal produit d’exportation ougandais, représentant plus de 50% du total des exportations.

Le café ougandais a connu quelques déboires à la fin des années 90, touché par une maladie faisant faner les plants. Cette maladie concernant en priorité les plants vieux et mal entretenus, 25,2 millions de caféiers ont été plantés depuis 1994 (16,8 millions de Robusta et 8,4 millions d’Arabica). 30 000 fermiers ont également été formés à la conservation des plants et sensibilisés à la maladie.