Le cacao ivoirien en jachère

Les producteurs ivoiriens de cacao menacent de laisser pourrir sur pied la récolte du cacao. Ils exigent de l’Etat un dû de 9 milliards de FCFA. Le gouvernement, paniqué, demande un retour  » au bon sens « .

La récole du cacao devrait commencer dans deux semaines. Mais les producteurs menacent de laisser pourrir sur plants le fruit de la discorde. « Si d’ici le 1er septembre rien n’est fait, nous bloquerons les routes, aucun produit vivrier y compris le cacao ne passera et nous empêcherons le ravitaillement des ports », menace le président de l ‘Association nationale des producteurs de café-cacao de Côte d’Ivoire (ANAPROCI), Henri Amouzou. Selon plusieurs témoins, certains producteurs ont commencé à bloquer certains accès menant vers le port d’Abidjan. Ils réclament à l’Etat ivoirien le  » remboursement  » de 9 milliards de F CFA, montant de leurs cotisations au Fonds de promotion et de développement des producteurs.

Le cacao est mûr

Le gouvernement prend très au sérieux les menaces du syndicat. Le ministre de l’Agriculture, Alphonse Douaty, tente de désamorcer la crise en appelant au bon sens des producteurs.  » Avec la campagne qui approche, on doit faire vite pour que la récolte ne soit pas perdue. Les fonds devraient être débloqués la semaine prochaine si tout se passe bien « . Même l’Union européenne semble préoccupée par cette grève.  » Le cacao est mûr. Il faut être sérieux. Nous sommes à un moment stratégique où il faut rassurer les autres opérateurs de la filière et mettre la dernière main à la réforme « , a déclaré à l’Afp Daniel Contel, conseiller en développement rural à l’Union européenne.

Ces appels à la raison n’ont pas l’air d’avoir été entendus par le syndicat des producteurs. Mieux, il demande à ses militants de multiplier les manifestations à travers le pays. Or il faut se souvenir que la Côte d’Ivoire est le premier producteur de cacao au monde avec une production qui équivaut à 40 % de la production mondiale. Près de 6 millions d’ivoiriens vivent de la culture du cacao.