Le Bénin veut devenir le quartier numérique de l’Afrique

Avocat international, Max Awêkè est à la tête du secteur béninois de la communication depuis la réélection de Boni Yayi à la magistrature suprême en 2011. Il a accepté de répondre à nos questions et ne fait pas dans la dentelle pour expliquer les problèmes récurrents de connexion à Internet que rencontre le Bénin depuis un moment.

(De notre correspondant)

Afrik.com : Pourquoi le Bénin est-il confronté à de fréquentes difficultés de connexion à Internet ?

Max Awêkè : Le Bénin a effectivement, depuis plus d’un mois, des problèmes avec Internet à cause d’un incident banal. C’est l’incendie de notre station à la plage. Tout le matériel technique a été ravagé par le feu. Avec cet événement malheureux, il est impossible d’avoir accès à Internet dans tout le Bénin ainsi que dans les pays de l’hinterland. Aussitôt, la Direction générale de Bénin Télécoms, avec mon consentement, a fait venir Alcatel, la société qui a installé la station béninoise à la plage. Quand les employés d’Alcatel sont venus faire l’état des lieux, ils ont estimé qu’il vaudrait mieux que le consortium auquel nous appartenons intervienne directement pour trouver une solution adéquate aux vues des immenses dégâts. Et présentement, le consortium a déjà contacté France Télécom qui viendra remplacer tout ce qui a été brûlé. France Télécom doit donc tout renouveler afin que l’on ait une connexion viable, à long terme.

Mais parallèlement à cela, la Direction générale de Bénin Télécoms s’est mise en rapport avec d’autres fournisseurs, ici, en Afrique. Il s’agit de la Côte d’Ivoire et du Nigeria. La Côte d’Ivoire nous avait fourni deux liants et le Nigeria entre quatre et cinq liants. Avec ça, le Bénin s’est reconnecté à Internet. Manque de chance pour nous, le Nigeria a eu une panne relative à la section d’un câble à trois niveaux : Kraké, Lagos et dans une autre ville un peu plus loin. Cette panne est intervenue à trois jours de la tenue à Cotonou de la rencontre informelle des chefs d’État ou de gouvernement de l’Union africaine. Il fallait trouver une solution. Et la première qu’on a trouvée a été de louer des VSAT et de mettre aussi en complément le faisceau hertzien d’Abomey-Calavi (ville située dans la banlieue de Cotonou NDLR) pour que les médias nationaux et internationaux puissent faire leur travail pendant le sommet de l’Union africaine. Ça a marché et tout s’est bien passé.

Entre-temps, je me suis rapproché de la ministre des Télécommunications du Nigeria que je connais. Elle était en mission à l’étranger et m’avait promis de donner des instructions au fournisseur Internet du Nigeria afin qu’il répare vite la panne intervenue sur le câble venant au Bénin. Ce qu’elle a fait. Mais la rupture du câble en question a été faite à trois niveaux différents. C’est pourquoi la réparation prit un peu plus de temps. J’ai aussi autorisé le Directeur général de Bénin Télécoms à se rendre à Paris pour rencontrer les responsables de France Télécom. Car, le Bénin ne peut attendre 2 à 3 mois avant d’avoir une nouvelle station de connexion à Internet.

Afrik.com : Avec ces coupures intempestives d’Internet, le gouvernement béninois a-t-il cherché à faire le point sur le manque à gagner occasionné ?

Max Awêkè : Évidemment, le manque d’Internet embête tout le monde. Les opérateurs économiques, les douaniers, les journalistes… tous sont dans l’impossibilité de faire leurs activités quotidiennes. On a bien pris conscience des pertes financières. Mais ce qui nous a semblé le plus important est l’atteinte à notre crédibilité : le Bénin étant fournisseur d’Internet aux pays de l’hinterland (ndlr arrière-pays). Les citoyens de tous ces pays ne sont pas contents. Ce qui est tout a fait normal.

Actuellement nous sommes en train de négocier l’arrivée d’ACE. C’est le deuxième câble qui va atterrir au Bénin. Ça vient de Marseille, je crois, et fait le tour de toute la côte africaine en passant par le Bénin jusqu’au Nigeria. Avec cette solution, en cas de panne d’un câble, le second prend automatiquement le relais. Ce projet a beaucoup avancé. La banque mondiale a accepté de nous appuyer à hauteur de 30 millions de dollars américains. Et nous avons un chronogramme très pointu. De mars à juin 2012, nous devons construire trois infrastructures, trois bâtiments qui devront accueillir les matériels.

Afrik.com : Autrement dit, le Bénin tient toujours à son projet d’être le quartier numérique de l’Afrique ?

Max Awêkè : La politique du gouvernement est claire en ce sens. Vous savez l’œuvre humaine ne manque jamais de faille. Il y a toujours quelques moments de faiblesse. En septembre 2012, si le chronogramme est respecté tel qu’il est prévu, avec la Banque mondiale et France Télécom, le Bénin sera doté d’une grande infrastructure d’Internet et il n’y aura plus ces problèmes actuels.

Afrik.com : Quelle la capacité de Bénin Télécoms en temps normal ?

Max Awêké : Puisque nous devons vendre Internet au Burkina Faso, au Niger et à d’autres pays, nous avons une capacité qui tourne autour de 180 à 200 liants. Mais avec le second câble qui viendra, on passera à 300 voire 400. On pourra donc vendre la connexion Internet à l’extérieur et en consommer à satiété à l’intérieur.

Afrik.com : Mais ordinairement le Bénin n’a jamais atteint un taux d’utilisation d’Internet aussi élevé !

Max Awêkè : Vous savez, le taux de pénétration d’Internet au Bénin varie entre 1,5 et 2,5. C’est pourquoi le gouvernement pense toujours à la construction de centres multimédias communautaires (CMC) dans les 77 communes du Bénin pour favoriser l’existence physique et visuel d’Internet dans nos communes. L’accessibilité doit être très facile et à des taux très bas. J’ai déjà posé la première pierre dans trois communes. La phase pilote se fera dans 14 communes sélectionnées, avant l’extension aux autres. Le financement est bouclé. Même l’étude de faisabilité est presque bouclée. Le projet me tient trop à cœur car si vous pouvez depuis votre village ou commune naviguer sur Internet et accéder au monde entier, c’est que l’administration est à la portée du citoyen communal. Et cela est très important pour moi. Le Bénin sera le quartier numérique de l’Afrique.

Lire aussi :

 Panne d’internet en Afrique de l’Ouest

Le Bénin, le Togo et le Niger touchés par une importante panne internet

Pannes intempestives de l’Internet au Bénin : le ministère de la communication et l’Atrpt dans un mutisme suspect