Le Bénin à l’heure de la réconciliation avec le secteur privé

L’économie du Bénin est en dernière place dans l’espace UEMOA. Pour la relever, le gouvernement organise depuis ce lundi à Cotonou une table ronde sur le dialogue secteur public-secteur privé qui est gage de développement. Les chefs d’entreprises béninois comme nigérians participent à ce forum auquel prennent aussi part les présidents de la BOAD, de la Commission de l’UEMOA, le gouverneur de la BCEAO et autres représentants de la BAD.

(De notre correspondant)

Avec 3% de croissance économique, le Bénin est le seul pays dont les efforts économiques tirent la croissance de l’espace UEMOA vers le bas. Face à cette situation qui est une première dans l’histoire du Bénin, les actuels gouvernants initient une table ronde de réconciliation avec les chefs d’entreprise. Le dialogue secteur public-secteur privé pour la relance de l’économie nationale est une initiative que soutiennent les institutions financières sous-régionales et régionales.

Les responsables de la BOAD, de l’UEMOA, de la BAD et de la BCEAO ont tour à tour promis d’aider le Bénin à se relever économiquement. Mais pour le président du conseil national du patronat béninois, la condition sine qua non qui facilitera la relance économique est la restauration de la confiance par l’Etat en respectant ses engagements. Il propose donc la création d’un comité paritaire secteur public-secteur privé dans un bref délai. « Instaurer le cadre permanent dialogue public-privé qu’on pourrait appeler le comité paritaire du dialogue public-privé. Ce dernier sera doté d’un conseil d’administration paritaire de 11 membres dont 5 membres désignés par le conseil national du patronat, 5 membres par le gouvernement et un observateur représentant les partenaires techniques et financiers », détaille Sébastien Ajavon, le président du patronat béninois.

Yayi partant ?

Même si cette idée émise par le patronat béninois doit passer à l’étude avant son adoption, le chef de l’exécutif semble déjà être prêt pour le changement. La déclaration de Boni Yayi en dit long. « Cette table a pour finalité la remise en case d’un ancien ordre économique qui n’a fait que nous appauvrir jusqu’à présent. Inversons donc la tendance. Pour y parvenir, il nous faut acteurs du secteur public, acteurs du secteur privé national et international, communauté à la base et communauté internationale relever de nombreux défis auxquels nous sommes confrontés », martèle le Président béninois.

La table ronde sur le dialogue secteur public-secteur privé est un nouveau creuset pour les décideurs et créateurs de richesse pour se dire la vérité. Ils se donnent pour mission de réfléchir ensemble durant trois jours afin de relancer l’économie béninoise.